École supérieure de commerce en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En France, les écoles supérieures de commerce sont des établissements d’enseignement supérieur généralement créées et gérées par les chambres de commerce et d’industrie (CCI), qui proposent diverses formations (initiale ou continue) de commerce et de management. Il s’agit actuellement d’une appellation historique, étant donné qu’il n’y a plus de cadre réglementaire commun à ces écoles.

Historique[modifier | modifier le code]

La première école de commerce, fut créée à Paris en 1819 par Vital Roux. L’école supérieure de commerce de Paris est consacrée aux études commerciales et est destinée à former des négociants, des banquiers, des administrateurs, des directeurs, des employés d’établissements industriels et commerciaux, ainsi que des fonctionnaires des douanes. La durée des études est de trois années et l’âge minimal d’admission de quinze années. Au bout de la troisième année (dite « comptoir »), les élèves reçoivent un diplôme de capacité délivré par le conseil de direction de l’école et signé par le ministre président du conseil de perfectionnement.

En 1868, l’école supérieure de commerce de Paris est rachetée par la Chambre de commerce de Paris.

À partir de 1866 est créée, suite à des initiatives privées souvent soutenues par les chambres de commerce une première vague d’écoles supérieures à Mulhouse (1866 fermée en 1872), Rouen, au Havre (1871), à Lyon et à Marseille (1872), à Bordeaux (1874), l’école des hautes études commerciales à Paris (1881).

Ces sept écoles sont reconnues par l’État par décret du 31 mai 1890. Un concours d’entrée est alors institué.

Une deuxième vague suit avec la création des écoles supérieures de commerce de Lille (1872, fermée en 1881, recréée en 1892 et aujourd'hui portant le nom de Skema Business School), l'EM Normandie (portant le nom de l'ESC le Havre lors de sa création en 1871), Montpellier (1897), ESC de Nancy en 1897 fermera en 1939[1], Dijon, Nantes, Alger (1900), l’École supérieure de commerce de Toulouse (1903), l’Institut commercial de Nancy (1905) les premiers élèves arrivent en 1911 exactement, l’EDHEC (1906), l’ESSEC (1907), l’ESSCA (1909), celle de Clermont (1919), de Strasbourg (1920) et de Reims (1926).

Après la deuxième guerre mondiale, un décret[2] créé un cadre institutionnel commun pour toutes les écoles supérieures de commerce (ESC) reconnues par l’État : « les écoles supérieures de commerces reconnues par l’État sont des établissements d’enseignement technique supérieurs qui ont pour but de former les chefs des diverses entreprises commerciales ou financières et les cadres supérieurs de ces entreprises ou des services administratifs et commerciaux d’entreprises industrielles. »

L’EDHEC (1906), l’ESSEC (1907), l'ISC Paris (1963), l’école des HEC (1881) restent à l’écart de ce cadre commun.

Les ESC délivrent un diplôme commun : le diplôme d’enseignement commercial supérieur. Des examens nationaux sont organisés pour l’obtention de celui-ci. Pour le recrutement, des sections préparatoires sont créées dans les écoles et dans quelques lycées (neuf en 1967). En 1961, l’intitulé du diplôme des ESC est modifié et devient le « diplôme d’études supérieures commerciales, administratives et financières » (DESCAF). Cinq nouvelles écoles naissent dans les années soixante : Poitiers (1961), Brest et Amiens (1962), Nice (1963), ESC - Saint-Etienne (1963) et Pau (1969). En 1964, les écoles de commerce deviennent « écoles supérieures de commerce et d’administration des entreprises » (ESCAE) alors que des instituts d’administration des entreprises sont créés à partir de 1954 dans les universités. Les ESCAE passent alors de la tutelle de la direction de l’enseignement technique à celle de l’enseignement supérieur. L’ESC Paris quitte le réseau des ESC. À partir des années 1970, le cadre commun des ESCAE s’effrite peu à peu, quatre écoles sont créées à la fin des années 1970 et au début des années 1980, INSEEC Business School (1975), l'INT Management (1979) à Évry (devenu Télécom École de Management), Tours (1981) et Grenoble (1984). En 1988 c’est au tour de l’école supérieure de commerce de La Rochelle de se faire une place parmi toutes. En 1990, l’École supérieure de commerce de Rennes voit le jour. Enfin un décret[3] de 1991 rechange le nom des écoles en « École supérieure de commerce » et donne à chaque école la possibilité d’avoir son propre règlement scolaire et de délivrer son propre diplôme, c’est la fin du statut des ESC. En 1992 est tout d'abord créée l'ESC Chambéry, et l’ESC Troyes, et en 1993 l'ESC Marne-la-Vallée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]