École supérieure d'audiovisuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École supérieure d'audiovisuel
Image illustrative de l'article École supérieure d'audiovisuel
Informations
Fondation 1978
Fondateur Université de Toulouse-Le Mirail et Guy Chapouillié
Type École des métiers de l'audiovisuel
Localisation
Coordonnées 43° 36′ 26″ N 1° 26′ 32″ E / 43.60717, 1.44231 ()43° 36′ 26″ Nord 1° 26′ 32″ Est / 43.60717, 1.44231 ()  
Ville Toulouse
Pays Drapeau de la France France
Campus 56, rue du Taur
31000 Toulouse
Direction
Directeur Jean-Louis Dufour
Divers
Affiliation Centre international des écoles de cinéma et de télévision (CILECT)
Site web www.esav.fr

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
École supérieure d'audiovisuel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École supérieure d'audiovisuel

L’École supérieure d’audiovisuel (ESAV) de Toulouse est une des trois seules écoles de l'enseignement public français[1] où sont enseignés les métiers du cinéma[2] (avec l'École Louis-Lumière et la Fémis), ainsi qu'une des cinq seules formations publiques d'audiovisuel (avec le département SATIS d'Aix-Marseille Université et la filière Image & son Brest de l'Université de Bretagne occidentale). Elle a été créée en 1978, sous l'impulsion de l'Université de Toulouse-Le Mirail et de Guy Chapouillié[3]. Elle délivre les diplômes de niveau licence 3, master 1 et master 2[4]. Le master 2 « recherche » permet d'accéder par la suite à un parcours de doctorat. Un DRT y est aussi proposé.

Son but initial est de contribuer à la formation professionnelle de ceux qui se destinent au métiers de la radio, de la télévision et du cinéma[2].

L'ESAV est situé à Toulouse dans des locaux indépendants en plein centre-ville, 56 rue du Taur, depuis 2003, après avoir été à l'Université de Toulouse-Le Mirail.

L'école comprend plusieurs filières[5] :

  • Image
  • Réalisation avec possibilité de parcours en Scénario
  • Son
  • Décor
  • Recherche
  • Infographie / Post-production / Traduction de films

Grand nombre de diplômés de l'ESAV travaillent par la suite dans des sociétés de production de films publicitaires, institutionnels, fictions en tant que réalisateurs, monteurs, ingénieurs du son, spécialistes des effets visuels, etc. Certains se dirigent aussi vers la recherche (laboratoire de recherche en audiovisuel habilité : le LARA) et l'enseignement (le site du Lara).

Conditions d'admission[modifier | modifier le code]

L'entrée à l'ESAV (en L3) se fait sur concours, à partir d'un niveau Bac+2 validé[6]. Il n'y a pas de formation privilégiée pour préparer l'entrée à l'École. On peut entrer à l'ESAV avec un BTS audiovisuel, avec une licence (de toute nature) ou un diplôme d'ingénieur.

Salle d'exposition dans la tour Maurand, ESAV, Toulouse

Le niveau du concours est assez sélectif[7], l'école souhaitant des élèves motivés, passionnés, sachant montrer leur intérêt pour le cinéma ou l'audiovisuel et leur envie de faire des films. Pour chaque rentrée, entre 400 et 600 candidats demandent leur préinscription pour passer le concours (mai-juin), à l'issue de la première partie du concours (début septembre) environ 70 sont retenus pour participer à la deuxième phase du concours, que l'école appelle "Période d'orientation" (deuxième quinzaine de septembre). À l'issue de ces épreuves, une trentaine d'étudiants rejoignent l'école pour une rentrée mi-octobre.

Informations diverses[modifier | modifier le code]

L'ESAV est membre du CILECT[8] (Centre international des écoles de cinéma et de télévision) qui regroupe des universités et des grandes écoles spécialisées dans l'enseignement et la recherche en audiovisuel.

La corrida audiovisuelle[9] (rencontres internationales des Écoles de Cinéma et de Télévision), temps fort de la formation, ouvre grand ses portes, chaque année depuis plus de 20 ans, aux réalisations et aux remises en question des écoles de cinéma du monde entier afin de confronter différentes approches cinématographiques, pédagogiques et culturelles[10]. À ce jour plus d'une centaine d'écoles du monde entier ont été séduites par cette manifestation que l'ESAV organise.

Pédagogie[modifier | modifier le code]

La formation est aussi bien axée sur la technique que sur la pratique. Dès la première année, l'étudiant est mis au contact du matériel : vidéo, HD et film 16 mm. Les étudiants sont évalués non pas sur des examens sur table mais sur des exercices tout au long de l'année. Ces exercices consistent la plupart du temps en la réalisation de films[11]. Certains exercices sont effectués en groupes (de quatre en général) mais souvent chaque étudiant doit faire son propre film, avec l'aide de ses camarades.

La spécialisation se fait tardivement : en troisième année seulement. L'ESAV convient donc plutôt aux étudiants souhaitant développer leur polyvalence. Les étudiants sont laissés très libres dans les films qu'ils réalisent[12].

Matériel[modifier | modifier le code]

L'ESAV dispose cependant de plusieurs Aaton (LTR et XTR) 16 mm et Super 16 mm avec séries Zeiss, ACL Éclair Super 16 mm, 1 Arriflex SR1, ainsi que de nombreuses caméras Bolex H16 en 16 mm standard (essentiellement utilisées en première année). Côté numérique, 1 caméra Sony F3, 1 caméra Panasonic AF-101, 5 caméras Panasonic HPX-250,...

Le matériel est réellement à disposition des étudiants pour leurs exercices, la seule contrainte est sa réservation et sa disponibilité.

Salle Arts du spectacle, ESAV, Toulouse

Les deux premières années, le son est enregistré sur des enregistreurs portables m-audio et Fostex FR2-LE. Les micros utilisés sont essentiellement des Rode NTG-2 et des Rode NT5 en paire stéréo. En troisième année de spécialisation, d'autres matériels sont utilisés (Nagra, etc.), certains sont loués.

Le montage des films se fait sur six bancs Final Cut Pro isolés phoniquement et climatisés. Le montage son se fait sur quatre postes équipés du logiciel Pro Tools. L'école dispose d'un studio son insonorisé avec vidéoprojecteur.

En matière d'éclairage, l'ESAV dispose de près d'une centaine de luminaires allant du petit Fresnel au 4 Kw HMI. De nombreux exercices se font sur un studio de 120 m2 équipé d'une console lumière, d'une loge maquillage et d'un atelier de menuiserie. Dès la première année, et encore plus lors de la deuxième année, les étudiants sont amenés à utiliser le plateau décor.

Les films sont projetés dans la "salle Arts du spectacle", qui est une salle de cinéma d'une centaine de places équipée de matériel de projection 16 mm, 35 mm et vidéo.

Pour terminer, l'école dispose d'une médiathèque où sont conservés les films des étudiants pour l'archivage, et qui a un catalogue fourni d'ouvrages sur le cinéma. Il est possible d'y lire une dizaine de revues sur le cinéma, le son, l'informatique... La médiathèque gère aussi le fichier de casting de l'école.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Études de cinéma en France
  2. a et b Métiers du cinéma
  3. « Guy Chapouillié, ancien directeur de l'ESAV (École supérieure d'audiovisuel) de Toulouse : « Avec l'ESAV, j'ai créé l'école que j'aurais souhaité avoir étant jeune » », sur educpros.fr (consulté le 8 juin 2012)
  4. « Enseignements à l'ESAV », sur letudiant.fr (consulté le 8 juin 2012)
  5. « La formation », sur esav.fr (consulté le 6 février 2012)
  6. « S’inscrire à l’ESAV », sur esav.fr (consulté le 6 février 2012)
  7. « Ecole de cinéma : l’ESAV », sur cadrage.net (consulté le 8 juin 2012)
  8. (en) « Full members », sur cilect.org (consulté le 6 février 2012)
  9. « Corrida Audiovisuelle », sur esav.fr (consulté le 6 février 2012)
  10. « Des étudiants dans l'arène », sur ladepeche.fr (consulté le 8 juin 2012)
  11. Quelques exemples en ligne : « Actualisation de films de l’ESAV consultables en ligne », sur esav.fr (consulté le 6 février 2012)
  12. « Festival Pocket films : L’ESAV de Toulouse », sur festivalpocketfilms.fr (consulté le 8 juin 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :