École pour l'informatique et les techniques avancées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École pour l'informatique et les techniques avancées (EPITA)
Image illustrative de l'article École pour l'informatique et les techniques avancées
Devise L'intelligence informatique
Informations
Fondation Création de l'ÉPITA en 1984
Fondateur Patrice Dumoucel
Type École d'ingénieurs privée
Localisation
Coordonnées 48° 48′ 56″ N 2° 21′ 46″ E / 48.815586, 2.362908 ()48° 48′ 56″ Nord 2° 21′ 46″ Est / 48.815586, 2.362908 ()  
Ville Le Kremlin-Bicêtre
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Campus Le Kremlin-Bicêtre et Villejuif
Direction
Président Marc Sellam
Directeur Joël Courtois
Chiffres clés
Étudiants 1 291 (2013)
Doctorants 5 en 2013[1]
Niveau Bac+5 (titre enregistré au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles) avec une certification par l'Etat de niveau I)
Diplômés/an 200 en 2013[1]
Divers
Particularités École à classes préparatoires intégrées (InfoSup, InfoSpé)
Affiliation Groupe IONIS, CDEFI[2], Cap Digital, System@tic Paris-Région, « Elles Bougent », concours Advance
Site web www.epita.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École pour l'informatique et les techniques avancées (EPITA)

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
École pour l'informatique et les techniques avancées (EPITA)

L'École pour l’informatique et les techniques avancées (EPITA), forme des ingénieurs diplômés réputés pour leur maîtrise du système d'information. L'Ecole créée en 1984, est un établissement d'enseignement privé français reconnu par l'État qui délivre un enseignement supérieur dans les technologies de l'information et de la communication.

Historique[modifier | modifier le code]

L’Épita a été créée par Patrice Dumoucel en 1984[3],[4]. Elle était située à l'angle de la rue de Crimée et de la rue Archereau, dans le XIXe arrondissement de Paris.

En 1989, la première promotion sort de l'École pour l’informatique et les techniques avancées, Épita (promotion 1989).

En 1991, l'Épita est hébergée dans le “Titien”, immeuble neuf sis au 106-112 boulevard de l'Hôpital, dans le 13e arrondissement de Paris face à la traditionnelle école d'ingénieur des Arts et Métiers. Elle fait partie du Groupe Paris-Campus, fondé par Patrice Dumoucel, qui intègre également une école de formation de BTS Informatique industrielle installée à l'ancienne adresse de l'Épita, rue Archereau.

En 1994, l'Épita est achetée par le Groupe IONIS.

En 1996, le diplôme de l'Épita est un titre reconnu niveau I par l'État, suite à la session de juillet 1996 de la Commission technique d'homologation des titres, et diplômes de l'enseignement technologique et par l'Arrêté du 12 décembre 1996).

En 2013, le titre d'« ingénieur diplômé de l'Épita » est enregistré au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) avec une certification par l'État de niveau I (bac+5).

En 2013, les ingénieurs de l'Épita depuis la promotions 1989 sont enregistrés dans le Répertoire français des ingénieurs (accessible par internet sur le site d'Ingénieurs et scientifiques de France).

En 2013, l'Épita devient membre de l'Union des grandes écoles indépendantes, aux côtés de 30 autres établissements d'enseignement supérieur[5].

En 2013, l'Épita comptabilise sa 25e promotion d'anciens élèves. Environ 6 000 élèves sont sortis de l'Épita[réf. souhaitée].

En 2014, l'Épita aura 30 ans.


Enseignement[modifier | modifier le code]

Procédure d'admission et frais[modifier | modifier le code]

L'admission se fait après un Bac S ou STI sur concours commun « Advance » avec deux autres écoles du groupe, dans le cadre de la procédure Admission Post-Bac mise en place par le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche. Au total, les trois écoles proposent environ 900 places[6].

Il est également possible d'intégrer l'école sur dossier en 2e ou 3e année pour les étudiants issus des classes préparatoires aux grandes écoles, des titulaires de DUT, de licence (L1, L2, L3) ou de master 1.

Pour être admis il faut verser des frais d'inscription de 990 €, des frais annexes de 485 €, les frais de scolarité (données septembre 2014) sont ensuite de 5 990 € chacune des deux premières années, puis 7 990 € pour les trois suivantes, soit un total de 43 325 €[7].

Formation d'ingénieur[modifier | modifier le code]

Deux modes d'accès sont possibles dans cette école d'ingénieur. D'une part l'accès classique au niveau bac+2 et d'autre part un accès via une classe préparatoire aux grandes écoles intégré, dans lequel les matières informatiques, et le monde numérique sont renforcés par rapport au programme traditionnel des autres classes préparatoires dans un lycée français.

Le cycle préparatoire (InfoSup, InfoSpé)[modifier | modifier le code]

Le cycle préparatoire scientifique intégré se compose d'une première année intitulée « Info Sup » suivie d'une seconde, « Info Spé ». Le second semestre de seconde année peut être effectué à l’étranger au sein de l’une des universités partenaires de l’Épita.

Les enseignements du cycle préparatoire ont trait à des domaines tels que mathématiques, la programmation, les langues ou encore l'électronique. Pendant le cycle préparatoire, les étudiants doivent réaliser des projets informatiques en équipes. Une semaine d'initiation à la recherche et à l’innovation au cours de laquelle les étudiants doivent présenter un projet est également au programme. Enfin un stage en entreprise vient clôturer ces deux années préparatoires.

Le cycle ingénieur[modifier | modifier le code]

Le cycle de formation d'un ingénieur Épita se décompose en deux parties. Il y a le tronc commun, puis une voie de compétence étendue majeure dans un des domaine du système d'information ou des technologies numériques.

Le tronc commun occupe la première année et une partie de la deuxième du cycle ingénieur. La formation lors du tronc commun s’articule autour des domaines tels que les sciences de l'ingénieur, l'informatique, les sciences humaines et la connaissance de l’entreprise. En parallèle du tronc commun, au second semestre de la première année les étudiants peuvent choisir une formation spécifique. Il est également possible de partir à l'étranger au second semestre.

Ensuite les élèves de l'école doivent choisir d'approfondir un domaine des technologies du système d'information.

Cette école présente des traditions et des aspects spécifiques dont l'initiation rapide aux langage C et au monde des systèmes unix. Au début de l'année scolaire, les étudiants participent à une période de deux semaines appelée la « piscine » durant laquelle ils apprennent d'une manière intensive, toutes les bases de la programmation en C et des scripts shell UNIX. Le matin est réservé aux cours théoriques en amphithéâtre, l'après-midi aux séances de travaux pratiques alors que le soir et la nuit sont consacrés à la réalisation d'exercices notés ou de mini-projets.

En deuxième année, le premier semestre est consacré à un stage de réalisation informatique de cinq mois en France ou à l’étranger. Lors du second semestre, les étudiants choisissent une discipline majeure dans des domaines tels que le multimédia, les sciences cognitives, les télécommunications ou encore en génie logiciel. Il est possible de choisir une discipline mineure et des électifs d’ouverture.

La dernière année est plus axée vers le monde de l'entreprise avec un stage en entreprise et le choix d'une spécialisation métier. Il est possible de suivre en parallèle les enseignements d’un master 2 recherche avec une université partenaire de l’Épita. Deux autres voies sont possibles en parallèle du diplôme d'Épita :

  • Études managériales : les étudiants de l’Épita peuvent suivre des études managériales en préparant un MBA avec les écoles de commerce à l’issue de leur cursus. Il est possible de suivre un MBA spécialisé de l’Institut supérieur de gestion de Paris. Les études à l’ISG comprennent des cours de tronc commun de deux mois, des cours de spécialisation de 3 mois, et un stage en entreprise d’une durée de 7 mois. Le même programme de formation peut être suivi en anglais. Les élèves choisissent un MBA dans des domaines tels que la gestion de relation client, la création d’entreprise, la logistique ou encore en finance.
  • Études à l'étranger : il est possible d'obtenir un diplôme en management des systèmes d’information, le MScIS, Master of Science in Information Systems, du Stevens Institute of Technology à Hoboken. Le départ à Stevens s’effectue en janvier de la dernière année, la prolongation d’études est de 6 mois pour obtenir les deux diplômes. Il est également possible pour les étudiants d’obtenir une maîtrise en sciences en informatique, en sécurité des réseaux ou en systèmes embarqués avec l'Université du Staffordshire.

Diplôme national de master[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, l'ÉPITA est également habilitée à délivrer le diplôme national de master en sciences et technologies, mention informatique. Cette formation de deux ans, dispensée entièrement en langue anglaise, s'adresse à des étudiants étrangers titulaires d'un niveau Bachelor ou équivalent[8]. À l'issue du tronc commun, trois spécialisations sont proposées : management des systèmes d'information, sécurité informatique et ingénierie logicielle[9].

Échanges internationaux[modifier | modifier le code]

Une expérience à l'étranger d’un semestre pour tous les étudiants fait partie du programme de l’Épita. Il peut s’agir d’une expérience académique au travers d’un échange universitaire ou bien d’une expérience professionnelle via l’un des stages du cursus.

L’Épita adhère au programme européen d’échange avec 16 universités partenaires dans 12 pays[10] (Allemagne, Angleterre, Danemark, Espagne, Finlande, Irlande, Italie, Norvège, Pays-Bas, République tchèque, Slovaquie, Turquie). Chaque année, une cinquantaine d’étudiants passe un semestre dans l’une des universités partenaires.

En dehors de l’Europe, des accords ont été conclus avec des établissements[11] tels qu'UC Berkeley Extension (États-Unis), Université Jiao-tong de Shanghai (Shanghai, Chine), Université de Stellenbosch (Afrique du Sud), TEC Monterrey (Mexique), Institut indien de technologie de Kanpur (Inde), Université nationale de Séoul (Corée du Sud), Université Taylor's (Malaisie) et d'autres au Brésil, Russie, Japon, Australie.

Durant le cursus en cinq ans, les élèves doivent faire au moins trois stages avec l'obligation d’en effectuer à l’étranger[11].

Formation continue[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, l'école propose, à destination exclusivement de ses anciens élèves un executive MBA en « management et innovation ». Organisé sur deux ans, l'accès à la formation se fait sur dossier pour les diplômés ayant au moins trois ans d'expérience professionnelle[12].

Activités de recherche[modifier | modifier le code]

Les thèmes abordés au Laboratoire de recherche et de développement de l’Épita (LRDE) sont le calcul scientifique et les modèles probabilistes. La dizaine d’enseignants-chercheurs de l’Épita dispensent des enseignements en tronc commun du cycle et sur leurs thèmes de recherche dans les majeures de l’école. Une structure de recherche en partenariat, 3IE ou Institut d’Innovation Informatique pour l’Entreprise, réalise des prestations de recherche appliquée pour des entreprises.

L’Épita a intégré les pôles de compétitivité Cap Digital[13] et System@tic[14] lui fournissant une aide à la réalisation de projets.

Accréditations[modifier | modifier le code]

Les établissements privés reconnus par l'état sont soumis à une procédure pour pouvoir délivrer le titre d'ingénieur diplômé.

En 2007, l'Épita est habilitée par la Commission des titres d'ingénieur (CTI)[15] à délivrer le titre d'ingénieur diplômé de l'Épita à la rentrée 2007 pour trois ans et reconnue par l'État en 2008[16].

En 2010, la Commission des titres d'ingénieur a renouvelé l'habilitation pour trois ans à compter de la rentrée 2010[17].

En 2011, elle est habilitée par le Ministère de l'Éducation nationale à délivrer le diplôme national de Master en sciences et technologies, mention informatique.

Le rapport de la Commission de 2007 analysait la situation de l'école comme suit[17] :

  • 5 points positifs : une amélioration en matière de communication, une gouvernance claire, une réactivité à son environnement, une bonne reconnaissance par les milieux industriels et un sentiment d'appartenance à l'école développé ;
  • 6 points nécessitant une amélioration : le corps de personnels enseignants chercheurs est encore trop limité, les relations internationales (se traduisant notamment par le nombre d’élèves étrangers), la recherche, la démarche compétence[Quoi ?], la faible diversité de genre (commune aux établissements technologiques et scientifiques) et l'assurance qualité.

En mai 2013, l'habilitation par la Commission des titres d'ingénieur de l'EPITA est renouvelée pour six ans[18], soit la durée maximale possible[19], en même temps que d'autres écoles d'ingénieurs.

Gestion[modifier | modifier le code]

L'école est gérée au quotidien par un directeur général. Depuis septembre 1997, le directeur est Joël Courtois, précédemment enseignant à l’Institut supérieur d'électronique de Paris de 1984 à 1995[20].

Elle est présidée par le président du groupe IONIS, Marc Sellam.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

L'école rassemble une trentaine d'associations étudiantes[21] parmi lesquelles Épitanime et Prologin.

Durant le cycle ingénieur[22], la participation à la vie de l’école est prise en compte avec une évaluation des activités associatives, notamment sportives et musicales[23].

Association Prologin[modifier | modifier le code]

L'association Prologin est créée par des élèves de l'École polytechnique (X) et de l'École pour l'informatique et les techniques avancées (EPITA).

[modifier | modifier le code]

Le logo actuel de l'école, tel qu'il figure sur son site et ses documents officiels, est différent de ceux qui constituent les marques déposées à l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) par la société Fineduc, société domiciliée à l'adresse de l'EPITA[24],[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Palmarès 2012 des écoles d'ingénieurs après bac », sur le site letudiant.fr du groupe Express-Roularta (consulté le 25 mai 2012)
  2. « EPITA », sur le site de la CDEFI (consulté le 25 mai 2012)
  3. Vidéo post-42 : Patrice Dumoucel – Epita : « L’enseignement supérieur n’est pas un monde fermé »
  4. Patrice Dumoucel (Epita), sur 42 : « L’enseignement supérieur n’est pas un monde fermé »
  5. Titre d'ingénieur: renouvellement de l'habilitation de l'EPITA pour six ans
  6. « ESME Sudria : implantation à Lille et Lyon, nouveau campus à Paris, nouveau concours Advance et intégration dans APB », sur le site de la société SA STUDYRAMA,‎ 20 octobre 2011 (consulté le 22 mai 2012).
  7. « Coût et financement des études », sur le site de l'EPITA (consulté le 25 mai 2012).
  8. « L'EPITA habilitée à délivrer un DNM », sur le site espacedatapresse.com de la société DataPresse,‎ 26 octobre 2011 (consulté le 25 mai 2012).
  9. « L'EPITA habilitée à délivrer un Diplôme National de Master », sur le site de la SA Studyrama,‎ 26 octobre 2011 (consulté le 25 mai 2012).
  10. Epita sur e-orientations.com
  11. a et b « EPITA », sur le site de la SARL Atout On Line (consulté le 25 mai 2012).
  12. « Epitech annonce la création de son Executive MBA », sur le site planetecampus.com de la société 2NK médias,‎ 5 décembre 2011 (consulté le 25 mai 2012).
  13. « MaFluCo », sur le site de l'association Cap Digital (consulté le 25 mai 2012).
  14. « Les membres », sur le site du pôle System@tic (consulté le 25 mai 2012).
  15. Arrêté du 18 mars 2008 fixant la liste des écoles habilitées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé, [lire en ligne].
  16. Arrêté du 15 mai 2008 portant reconnaissance par l'État de l'école pour l'informatique et les techniques avancées, [lire en ligne]
  17. a et b Décision no 2010/06-08 relative à l’habilitation de l’École pour l’informatique et les techniques avancées (EPITA) à délivrer un titre d’ingénieur diplômé, [lire en ligne]
  18. La CTI renouvelle l'habilitation de l'EPITA
  19. La CTI renouvelle pour une durée de 6 ans l'habilitation de l'ei.cesi
  20. « Joël COURTOIS », sur le site educpros des éditions Génération - L'Étudiant (consulté le 25 mai 2012).
  21. « La vie étudiante et associative », sur le site de l'EPITA (consulté le 13 décembre 2012).
  22. « Compte-Rendu de la réunion EPITA/APEE du 13 novembre 2012 », sur Association des Parents d'Elèves de l'EPITA,‎ 13 novembre 2012 (consulté le 5 mai 2014).
  23. « Les modules ENAC à l'EPITA », sur Le blog de l'EPITA,‎ 29 septembre 2009 (consulté le 5 mai 2014).
  24. Base des marques, site de l'Institut national de la propriété industrielle
  25. Informations du registre du commerce, sur le site societe.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]