École polytechnique de Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir École polytechnique et EPM.
Polytechnique Montréal
Image illustrative de l'article École polytechnique de Montréal
Devise Ut tensio sic vis
(L'allongement est proportionnel à la force)
Nom original École polytechnique de Montréal
Informations
Fondation 1873
Type Université publique
Régime linguistique Français
Budget Fonctionnement :
85 millions CAD

Recherche :
72 millions CAD
Localisation
Coordonnées 45° 30′ 17″ N 73° 36′ 46″ O / 45.50464, -73.612776 ()45° 30′ 17″ Nord 73° 36′ 46″ Ouest / 45.50464, -73.612776 ()  
Ville Montréal
Drapeau : Québec Québec
Pays Drapeau du Canada Canada
Campus Urbain
Direction
Président Michèle Thibodeau-DeGuire
Directeur Christophe Guy
Chiffres clés
Personnel 800
Étudiants 7 500 (2013
Undergraduates 5 600 (2013
Postgraduates 1 200 (2013
Doctorants 740 (2013
Diplômés/an 1 300 (2013
Divers
Affiliation Université de Montréal
RESCIF
Site web www.polymtl.ca

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Polytechnique Montréal

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Polytechnique Montréal

L'École polytechnique de Montréal, (Polytechnique Montréal), est un établissement d'enseignement supérieur d'ingénierie affilié à l'Université de Montréal, situé à Montréal (Québec) et fondé en 1873. En plus de ses programmes de baccalauréat, Polytechnique offre une formation aux cycles supérieurs et est une des plus importantes institutions de recherche en génie au Canada[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Polytechnique est l'une des trois plus grandes facultés d'ingénierie au Canada et la plus grande au Québec. Depuis sa fondation en 1873, cette institution d'enseignement de langue française forme des ingénieurs qualifiés. Ses diplômés ont pris part à la plupart des grands travaux de génie du Québec au XXe siècle comme la construction des grands barrages.

L'École polytechnique de Montréal, nommée ainsi en référence à l'École polytechnique de Paris, a été fondée par Urgel-Eugène Archambault pour enseigner le dessin technique et les autres arts utiles[2]. À cette époque, l'institution avait pour nom l'École des sciences appliquée aux arts et à l'industrie, et ne reçu son titre officiel que trois ans plus tard lorsqu'elle fut reconnue par le gouvernement du Québec. L'enseignement se donnait alors dans une maison convertie de la rue Saint-Denis. Elle fit ensuite construire un édifice au 228 rue Saint-Denis (aujourd'hui le pavillon Athanase-David de l'UQAM), et s'y installa en 1905. En 1920, l'École polytechnique de Montréal s'affilia à l'Université de Montréal. Ce n'est en 1958 que l'École s'établit à son emplacement actuel au sein du campus de l'Université de Montréal sur le Mont-Royal[3]. Le bâtiment original a été agrandi en 1975 puis encore en 1989.En 2002, faute de place, le département de génie électrique et informatique a dû déménager aux 5e et 6e étages de l'ancien immeuble de l'École des hautes études commerciales de Montréal. De nouveaux pavillons ont été mis en chantier en 2003. Le pavillon J.-Armand-Bombardier, dédié aux nanosciences, a été inauguré en 2004. Les pavillons Pierre-Lassonde et Claudette-Mackay-Lassonde, bâtiment certifié LEED a ouvert ses portes en 2005. Les départements de génie électrique, génie informatique, génie logiciel ainsi que la bibliothèque et le service informatique ont déménagé dans les pavillons Lassonde.

Le , 13 étudiantes et une employée ont été tuées lors de la tuerie de l'École polytechnique. Cet événement, qui a profondément marqué les esprits au Québec, a fait l'objet d'un film, intitulé Polytechnique, projeté dans les salles de cinéma en 2009.

En 2001, l'École polytechnique de Montréal a fondé le Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) en collaboration avec l’Université de Montréal et HEC Montréal.

L'École polytechnique de Montréal au 228 rue Saint-Denis, vers 1910

Organisation[modifier | modifier le code]

Polytechnique Montréal dispense son enseignement dans plusieurs spécialités de l'ingénierie et réalise près du quart de la recherche universitaire dans ces domaines au Québec. L'université regroupe le plus important corps professoral de génie au Canada et compte 24 chaires de recherche du Canada ainsi que 16 chaires industrielles, dont neuf du CRSNG[1].

Départements[modifier | modifier le code]

L'École polytechnique comprend sept départements principaux:

Formation[modifier | modifier le code]

Polytechnique dispense son enseignement dans 15 spécialités de génie dont 12 menant au titre de bachelier en ingénierie (B. Ing.).

Campus[modifier | modifier le code]

Le pavillon principal de l'École polytechnique.

L'école est située sur le campus de l'Université de Montréal sur la face nord du Mont Royal. Son pavillon principal est le plus haut situé du campus. Ce dernier, conçu par Gaston Gagnier, fut construit de 1954 à 1957 et fut agrandit en 1974 et en 1987[4].

En 2005, Polytechnique Montréal inaugure les Pavillons Lassonde, premiers bâtiments universitaires canadiens à recevoir la certification environnementale internationale LEED OR. Ces pavillons sont devenus une référence en matière de construction durable.

Liste des pavillons :

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

La vie étudiante polytechnicienne est très active. Les étudiants du premier cycle sont représentés par l'Association des étudiants de Polytechnique, l'AEP, qui chapeaute un nombre important de comités à l'interne aux objectifs très variés.

Médias[modifier | modifier le code]

Ces derniers comptent entre autres Le Polyscope, journal bimensuel distribué sur l'ensemble du campus de l'Université de Montréal, PolyPhoto, assurant la couverture photo des événements majeurs de Polytechnique en plus d'offrir des formations en photographie, ainsi que Poly-TV et Poly-Rad.

Arts et événements[modifier | modifier le code]

Poly-Show et Poly-Party assurent l'organisation et la logistique de la vaste majorité des fêtes étudiantes et des événements à grand déploiement de l'université. À chaque vendredi de la session, Le Pub, tel que son nom l'indique, organise quant à lui la transformation de la cafétéria en pub étudiant. Poly-Habs s'illustre également lors de la saison du hockey de la LNH par la projection régulière sur grand écran de matchs des Canadiens de Montréal. Polytechnique compte aussi sa troupe de théâtre, Poly-Théâtre, son groupe d'humour, Allo-Poly, ainsi que Poly-Jam, comité dédié aux musiciens et organisant des cours de guitare et de nombreux jam sessions.

Chaque programme de génie possède aussi un comité à l'éducation élu annuellement par les étudiants des programmes respectifs. Ceux-ci représentent les étudiants auprès du corps professoral et de la direction, en plus d'organiser des événements sociaux stimulant la cohésion des cohortes et des événements éducatifs ou professionnels tels que des visites en milieu industriel, des conférences ou l'envoi de délégations lors de divers congrès.

Polytechnique Montréal possède également 14 sociétés techniques. Composées majoritairement d'étudiants au baccalauréat, ces équipes parascolaires visent la réalisation de projets technologiques en vue de participer à diverses compétitions d'ingénierie.

Sociologie[modifier | modifier le code]

L'École comptait plus de 7 500 étudiants au trimestre d'automne 2013, dont 1 845 femmes et 5 700 hommes. Environ 5 600 d'entre eux poursuivaient des études au premier cycle, les 1 900 autres étant aux cycles supérieurs. Elle décerne chaque année plus de 700 baccalauréats, 300 maîtrises et 80 doctorats[5].

Grands projets d'ingénierie des diplômés de Polytechnique[modifier | modifier le code]

De 1930 à 1934, huit ingénieurs, diplômés de l'École polytechnique de Montréal, Olivier Lefebvre, Yvan Vallée, J.-A. Beauchemin, Paul Brodeur, J.-A. Brunet, Charles Tremblay, François Valiquette, Armand Léger, Robert Guay, Gérard Lacasse et Henri Lavoie, deviennent les premiers ingénieurs québécois à mâter le Saint-Laurent par la construction du Pont Honoré-Mercier[6]. Les ingénieurs civil de Polytechnique se sont également illustrés via les travaux de Bernard Lamarre, incluant entre autres la Place Bonaventure, le 1000 De La Gauchetière, le Pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, l'Autoroute Ville-Marie et le Stade Olympique de Montréal[2].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.polymtl.ca/futur/es/en/doc/Classement-Ang-mars09.pdf
  2. a et b Guy Samson, Bernard Lamarre: Le génie d'une vie. Presses Internationales Polytechnique, 2007. ISBN 978-2-553-01144-3
  3. Jean-Marie Gagné. Témoignages sur le génie physique à l'École polytechnique de Montréal. Presses Internationales Polytechnique, 2008. ISBN 978-2-553-01426-0
  4. École Polytechnique de Montréal, Site officiel du Mont-Royal Consulté le 4 mai 2013.
  5. Statistiques institutionnelles inscriptions - automne 2013 - Tableau 1 , École polytechnique de Montréal
  6. TREMBLAY, Rosaire et DALLAIRE, Thérèse. Ponts du Saint-Laurent. Québec, Ministère des Transports. Date indéterminée

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]