École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace
Image illustrative de l'article École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace
Nom original École supérieure d'aéronautique et de constructions mécaniques
Informations
Fondation 1909
Type École d'ingénieur publique
Localisation
Coordonnées 43° 33′ 56″ N 1° 28′ 27″ E / 43.565556, 1.47416743° 33′ 56″ Nord 1° 28′ 27″ Est / 43.565556, 1.474167  
Ville Toulouse
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Campus Rangueil
Divers
Site web www.isae.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace

L'École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace (ISAE-SUPAERO) est une école d'ingénieurs française située à Toulouse qui a célébré son centenaire en 2009[1]. Elle est issue du rapprochement en 2007 entre SUPAERO et l'ENSICA, l'école nationale supérieure d’ingénieurs de constructions aéronautiques. Initialement regroupé sous le nom ISAE avec 2 cursus ingénieurs (SUPAERO et ENSICA), le passage à une formation unique a donné le nom actuel, ISAE-SUPAERO.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1909, un officier du génie, le colonel Jean-Baptiste Roche, imaginant et anticipant les besoins et l'ampleur qu'allait prendre l'industrie aéronautique dans le monde, fonde à Paris l'École supérieure d'aéronautique et de constructions mécaniques. Elle devient École nationale en 1930 et prend le nom d'École nationale supérieure de l'aéronautique puis en 1972 celui d'École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace, plus couramment appelée SUPAERO.

En 1930, l'École s'installe dans des bâtiments modernes au sein de la Cité de l'Air, situés boulevard Victor à Paris, qui accueillent depuis 1970 l'École nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA ParisTech).

En 1968, SUPAERO est délocalisée sur le vaste complexe aérospatial de Toulouse-Lespinet au cœur d'un environnement d'enseignement supérieur et de recherche, à proximité de l'École nationale de l'aviation civile (ENAC) transférée également à Toulouse la même année. Plusieurs laboratoires de recherche sont alors créés et regroupés au sein du centre de Toulouse (www.cert.fr) de l'Office national d'études et de recherches aérospatiales (ONERA). Associé à l'École, il mène des recherches théoriques et appliquées à la défense dans des domaines aussi variés que l'aéronautique, l'automatique et la robotique avancées, l'électronique aérospatiale, les systèmes informatiques, les véhicules aérospatiaux, la mécanique aérospatiale et les systèmes propulsifs. En 1994, SUPAERO change de statut pour devenir un établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle du ministère de la Défense. En pratique, cette tutelle est exercée par la Direction générale de l'armement (DGA) et l'École est placée sous le commandement d'un ingénieur général de l'armement (Benoit du Limousin depuis 2007).

Le logo de l'école : la chouette chevêche, attribut de la déesse grecque Athéna et symbole de la Connaissance.

En 2007, l'École s'est rapprochée de l'ENSICA pour donner naissance à une école commune: l'Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace (ISAE). Initialement, les deux formations sont restées distinctes : le cursus SUPAERO est généraliste et polyvalent alors que le cursus ENSICA est davantage orienté vers les disciplines aéronautiques. De plus, les élèves du cursus ENSICA étaient recrutés sur le concours CCP.

A partir de 2015, l'école offre une formation unique, ingénieur ISAE-SUPAERO. Les étudiants sont recrutés sur le concours Mines-Ponts.

Quelques anciens élèves célèbres[modifier | modifier le code]

  • Raoul Badin 1910, inventeur du badin, instrument permettant de mesurer la vitesse d’un avion
  • Henri Coandă 1910, créateur roumain du premier avion à réaction
  • Henry Potez 1911, constructeur d’avions
  • Marcel Dassault 1913, constructeur d’avions, fondateur de Dassault Aviation
  • André Lefebvre 1914, Ingénieur aéronautique et Automobile, créateur de la Voisin Laboratoire. Créateur de la Citroën Traction avant, de la DS et de la 2CV.
  • Maurice Hurel 1921, constructeur d’avions
  • René Couzinet 1927, constructeur d’avions
  • François Hussenot 1935, inventeur de la boîte noire
  • Jacques Collombet 1937, pilote d'essai, Général, commandant de la base aérienne de Villacoublay
  • Jean-Pierre Petit 1961, ancien directeur de recherches au CNRS, l’un des pionniers en recherche expérimentale sur la magnéto-hydrodynamique, en théorie de la "bi-gravité" (cosmologie), défenseur de théories sur les OVNI
  • Bernard Ramanantsoa 1971, directeur général d’HEC
  • Charles Champion 1978, ancien directeur du programme Airbus A 380, chef des opérations chez Airbus, nommé Head of Engineering Airbus et membre du comité exécutif Airbus en 2010
  • Thomas Pesquet 2001, ingénieur au CNES, pilote de ligne et spationaute

Anciens élèves célèbres X-SUPAERO[modifier | modifier le code]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Les élèves-ingénieurs SUPAERO ont la possibilité d'effectuer leur 3° année dans une université étrangère partenaire de l'école et peuvent ainsi obtenir un double diplôme en effectuant une année supplémentaire dans l'établissement d'accueil. Les universités accueillant le plus d'élèves-ingénieurs SUPAERO sont les suivantes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SUPAERO fête ses 100 ans à Toulouse, 11 septembre 2009, consulté sur site www.esa.int le 30 octobre 2011
  2. [PDF]voir article page 13 de U-M sur SUPAERO, consulté sur site aerospace.engin.umich.edu le 30 octobre 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]