École nationale supérieure d'ingénieurs de Caen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École nationale supérieure d’ingénieurs de Caen
Image illustrative de l'article École nationale supérieure d'ingénieurs de Caen
Informations
Fondation 1913 (historique)
1976 (statut actuel)[1]
Type École d'ingénieurs (EPA)
Localisation
Coordonnées 49° 12′ 50″ N 0° 22′ 04″ O / 49.213809, -0.36785749° 12′ 50″ Nord 0° 22′ 04″ Ouest / 49.213809, -0.367857  
Ville Caen
Pays France
Campus Campus 2 de Caen, Campus 4 de Caen, Flers
Direction
Directeur Jean-François Hamet[2]
Chiffres clés
Personnel 48 BIATOS (2010)[3]
Enseignants-chercheurs 60 (2010)[4]
Étudiants 526 étudiants
28 apprentis
41 stagiaires en formation continue (2009)[5]
Divers
Mascotte Le kangourou
Site web www.ensicaen.fr

Géolocalisation sur la carte : Caen

(Voir situation sur carte : Caen)
École nationale supérieure d’ingénieurs de Caen

Géolocalisation sur la carte : Calvados

(Voir situation sur carte : Calvados)
École nationale supérieure d’ingénieurs de Caen

Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
École nationale supérieure d’ingénieurs de Caen

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École nationale supérieure d’ingénieurs de Caen

L’école nationale supérieure d’ingénieurs de Caen (ENSICAEN) est une école d’ingénieurs française située à Caen en Basse-Normandie. Fondée en 1976 sous le nom d’ « Institut supérieur de la matière et du rayonnement », l’école diplôme environ deux cents ingénieurs sont diplômés chaque année de cette école, dans les domaines de l’électronique, de la chimie, des matériaux, ou de l’informatique.

Historique[modifier | modifier le code]

Les anciennes écoles[modifier | modifier le code]

Le 17 juillet 1913, la chambre de commerce et d’industrie de Caen décidait de soutenir financièrement la création d’un Institut des sciences appliquées projeté par le conseil de l’Université de Caen. Cet acte d’importance permit à la Normandie de se doter d'une école publique d’ingénieur exerçant dans le cadre de la faculté des sciences.

En 1914 naît l’Institut technique de Normandie (ITN) dont les spécialités sont l’électrotechnique et la mécanique. En 1920 du fait d’une demande forte au niveau de la chimie (demandes du bassin de Seine), un deuxième établissement est créé : l’Institut de chimie industrielle de Caen (ICC). Ce sont les premiers établissements en Normandie habilités à délivrer un diplôme d’État.

Le 7 juillet 1944, l’université de Caen est détruite par les bombes. Les deux instituts sont hébergés par l’École Normale, rue Caponière, en attendant d’être accueillies en 1956 dans l’université reconstruite avenue d’Edimbourg.

L’évolution nécessaire des enseignements et des structures des écoles entraîne le moment venu le changement de leur dénomination. Pierre Le Roux, son directeur depuis 1947, œuvre pour que l'ITN soit élevé en Institut d'Université groupant ainsi 3 Écoles d'Ingénieurs: Electronique, Electro-technique et de Génie civil[6]. L'ITN prend en 1960 le nom de institut technique de l'Université de Caen (ITUC) puis en 1964, celui de École Nationale Supérieure d'Électromécanique et d’électronique de Caen (ENSEEC). De son côté, ICC s’appelle à compter de 1967 : École Nationale Supérieure de Chimie de Caen (ENSCC) après s’être appelé un temps ICUC.

De nos jours[modifier | modifier le code]

En 1976 fut fondé l’institut des sciences de la matière et du rayonnement (ISMRA) en tant qu’établissement rattaché à l’université de Caen[1]. Cet institut est le résultat de la fusion des écoles existantes et de certains laboratoires de l’université. En 1986, l’ISMRA devient un établissement public à caractère administratif mais est toujours rattaché à l’université[7]. Dans les années qui suivirent, l’école et les laboratoires déménagent au campus 2. Enfin en 2002, l’établissement change de nom et devient l’ENSICAEN.

En 2009, l’INSA Rouen et l’ENSICAEN annoncent leur fusion[8] ; celle-ci est ajournée par la suite. En 2011, l’ENSICAEN est membre fondateur du PRES Normandie université[9].

Les directeurs successifs furent :

  • N. Lozac'h de 1976 à 1982 (ancien directeur de l’ENSCC depuis 1952)[10],
  • A. Deschanvres de 1982 à 1984[10],
  • D. Cornet de 1984 à 1987[10],
  • Jean Charles Vienot de 1987 à 1995[11],
  • Roland Debrie du 1er août 1995 à 2004[12],
  • Daniel Guerreau du 1er octobre 2004 au 31 novembre 2009[13],
  • Dominique Goutte du 1er décembre 2009 au 31 novembre 2014[14],
  • Jean-François Hamet depuis le 1er décembre 2014[2].

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

L’ENSICAEN propose une formation d’ingénieurs classique, mais assure également la formation continue et par alternance. La recherche de l’établissement est spécialisée dans plusieurs axes : la photonique, les matériaux, l’informatique, l’instrumentation, la chimie et la physique des particules.

Formations[modifier | modifier le code]

Bâtiment principal de l’ENSICAEN, au campus 2 (2005).

Cycle ingénieur[modifier | modifier le code]

L’ENSICAEN propose cinq diplômes d’ingénieurs habilitées par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche après l’avis de la Commission des titres d'ingénieur[15]:

  • diplôme d’ingénieur spécialité électronique et physique appliquée (formation initiale sous statut d'étudiant et formation continue),
  • diplôme d’ingénieur spécialité informatique (formation initiale sous statut d'étudiant ou d’apprentie et formation continue),
  • diplôme d’ingénieur spécialité matériaux-chimie (formation initiale sous statut d'étudiant),
  • diplôme d’ingénieur spécialité génie industriel (formation continue en partenariat avec l’ITII de Basse-Normandie),
  • diplôme d’ingénieur spécialité matériaux et mécanique (formation initiale sous statut d'apprenti).

Les enseignements ont lieu à Caen, sauf pour la spécialité matériaux et mécanique où ils ont lieu à Flers.

Voie classique[modifier | modifier le code]

Les promotions des filières classiques (environ 220 élèves depuis la rentrée 2005) sont réparties en trois spécialités : matériaux et chimie, électronique et informatique. Chacune de ces spécialités offre des majeures qui permettent aux étudiants de se spécialiser dans un domaine de pointe dans des groupes réduits.

Les élèves sont en majorité admis via les concours communs polytechniques.

En plus de la formation générale d’ingénieur et de leur spécialité, les diplômés de l’ENSICAEN bénéficient d’enseignement de langues, d’économie et de communication. Les cours sont proposés soit par des enseignants-chercheurs qui travaillent aussi dans les laboratoires de l’école, soit par des intervenants extérieurs spécialisés. Une pédagogie par projet est développée au cours des trois années. Les stages industriels ou de recherche sont obligatoires en fin de 2e et 3e années (durée totale minimale de 8 mois).

L’école fait partie de réseaux comme la Fédération Gay-Lussac, le réseau Ampère, et le réseau Pascaline qui permettent à certains élèves d’obtenir un double diplôme. Par ailleurs les élèves qui le souhaitent peuvent bénéficier d’aménagements pour suivre, en même temps que leur 3e année, une des formations de master recherche cohabilités par l’Université de Caen et l’ENSICAEN. Ils peuvent aussi obtenir le master Administration des Entreprises délivrés par l’IAE de Caen en suivant un double cursus.

De nombreux élèves partent à l'étranger soit pour un stage, soit pour leur troisième année grâce à de nombreux accords avec des universités étrangères (Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Chine, Corée, Espagne, États-Unis, Finlande, Royaume-Uni, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas, Portugal, Suède). Depuis 2008, un séjour à l’étranger de deux mois est obligatoire. Réciproquement, l’école accueille des élèves d’établissements étrangers pour un ou deux ans.

Parallèlement, l’école favorise les activités des élèves dans les clubs de l’école en accordant des points de bonification.

Le stage en première année est facultatif et se déroule pendant l’été; le stage en deuxième année est obligatoire. Il dure trois mois pour les spécialités électronique et informatique et quatre pour la spécialité chimie; enfin le projet de fin d'études, à la fin de la troisième année, dure cinq mois.

Voie de l'apprentissage[modifier | modifier le code]

Les élèves sont sélectionnés sur titre. Ils sont définitivement admis une fois qu’ils ont trouvé leur entreprise d’accueil[16]. Les élèves alternent ensuite les périodes à l’école et les périodes en entreprise. La formation en mécanique et génie des matériaux se déroule à Caen et à Flers.

Voie de la formation continue[modifier | modifier le code]

La formation continue dans la spécialité Génie industriel, en partenariat avec l’ITII se déroule en alternance[17].

Dans les spécialités Électronique et Informatique, la formation se déroule dans le même cadre de celui de la formation classique[17].

Mastères et formations à la recherche[modifier | modifier le code]

L’école propose une formation de mastère spécialisé accréditée par la conférence des grandes écoles : celle-ci a pour thème la monétique et les transactions sécurisées[18].

Certaines spécialités du master sciences et technologies de l’université de Caen sont cohabilités avec l’ENSICAEN.

D’autre part l’ENSICAEN participe à deux écoles doctorales[19] :

Recherche et relations industrielles[modifier | modifier le code]

Dans le contrat d’établissement de l’ENSICAEN, plusieurs unités de recherche sont accréditées[19] :

D’autre part NXP Semiconductors France, le CNRS, l’ENSICAEN et l’Université de Caen Basse-Normandie possèdent un laboratoire commun : le laboratoire de microélectronique, ENSICAEN-NXP (LaMIPS).

Le centre national de recherche technologique (CNRT) matériaux Basse-Normandie est une unité mixte de service dédiée à la recherche partenariale.

Le département des relations industrielles (DRI) de l’ENSICAEN propose des contrats d’innovations aux entreprises. La coopération avec le milieu économique s’exprime par la formation continue, des accords de transfert technologiques, la participation à l’incubateur d’entreprises bas-normand et à deux pôles de compétitivité.

Les activités de ces équipes de recherche sont reconnues au niveau national et international et bénéficient d’un environnement particulièrement favorable avec la présence sur le site caennais de grands équipements tels que le grand accélérateur national d'ions lourds (GANIL) et le Centre d’imagerie et de recherches en neurosciences (CYCERON)[20] ; les personnels de l’ENSICAEN sont toutefois minoritaires dans l’ensemble des unités hébergées par celle-ci[4].

Associations[modifier | modifier le code]

Associations étudiantes[modifier | modifier le code]

L’association des élèves (administrée par le BDE) organise de nombreuses activités. Comme dans chaque école, les nouveaux élèves sont accueillis pendant la période d’intégration qui se termine par le week-end d’intégration (WEI). Des soirées, repas, voyages à l'étranger ou au ski sont également proposés.

Annuellement a lieu le gala de l'école. Il a pour objectif de réunir les promotions de l’école et les membres de l’administration ainsi que les enseignants et les chercheurs.

D’autres évènements ponctuent l’année comme la participation au Tournoi Inter Ensi ou au Tournoi Inter-Chimie, à la Course Croisière EDHEC, au 4L Trophy ou à la Coupe de France de robotique.

Certains élèves participent au programme 100 000 étudiants pour 100 000 élèves ou font partie des associations nationales La main à la pâte (dont le but est de faire découvrir les sciences aux écoliers), Ingénieurs sans frontières (humanitaire) ou SFEN (promotion de l’énergie nucléaire). D’autres assurent l’organisation du Gala de l’Ensicaen ou de la course des Foulées de l'ENSICAEN ; Il y a également une Junior-Entreprise, Aplicaen, depuis 2006.

Enfin les élèves peuvent pratiquer une multitude de sports, organisés par l’Association sportive, dont les membres du bureau (le BDS) sont les élèves eux-mêmes.

À la fin des études les élèves se quittent lors de la « soirée de désintégration ».

La mascotte de l’ENSICAEN est le Kangourou.

Association des anciens élèves[modifier | modifier le code]

Au total 6 000 ingénieurs ont un diplôme de l’école ou des écoles précédentes. L’association amicale des ingénieurs diplômés des écoles nationales supérieures de Caen permet de tisser des liens entre les anciens élèves. Cette association est membre du CNISF.

On trouve parmi les anciens élèves :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF]« Décret no 76-1138 du 9 décembre 1976 portant création de l’institut des sciences de la matière et du rayonnement, école nationale supérieur d'ingénieurs rattachée à l'université de Caen », sur www.legifrance.gouv.fr
  2. a et b « Arrêté de nomination du 20 novembre 2014 », sur enseignementsup-recherche.gouv.fr
  3. AERES, 2011, p22
  4. a et b AERES, 2011, p7
  5. AERES, 2011, p11
  6. MOUTON/PELLUET, Bulletin trimestriel de l'Association amicale des ingénieurs diplômés de l'Institut technique de l'Université de Caen., Paris,‎ 1961 (notice BnF no FRBNF34480792)
  7. Décret no 86-640 du 14 mars 1986 fixant les règles d'organisation et de fonctionnement de certaines écoles d'ingénieurs rattachées à un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel et Décret no 86-641 du 14 mars 1986 fixant les règles d'organisation et de fonctionnement de certaines écoles d'ingénieurs rattachées à un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel devenu Article D719-186 du code de l’éducation sur www.legifrance.gouv.fr
  8. « L'INSA Rouen et l'ENSICAEN annoncent leur fusion », sur www.letudiant.fr/educpros,‎ 12 octobre 2009
  9. Décret no 2011-1306 du 14 octobre 2011 portant création de l'établissement public de coopération scientifique « Normandie Université » sur www.legifrance.gouv.fr
  10. a, b et c Annuaire des ingénieurs diplômés de l’ENSICAEN
  11. Arrêté de nomination du 5 août 1992 sur www.legifrance.gouv.fr
  12. Arrêté de nomination du 28 juillet 1995 et Arrêté de nomination du 21 août 2000 sur www.legifrance.gouv.fr
  13. Arrêté de nomination du 5 août 2004, arrête de nomination du 26 mai 2009
  14. « Arrêté de nomination du 28 octobre 2009 », sur enseignementsup-recherche.gouv.fr
  15. Arrêté du 13 janvier 2014 fixant la liste des écoles habilitées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé sur www.legifrance.gouv.fr
  16. « Informatique par apprentissage, Procédure de recrutement », sur www.ensicaen.fr, « Mécnique, Procédure de recrutement », sur www.ensicaen.fr
  17. a et b « Admissions formation continue », sur www.ensicaen.fr
  18. « Les MS par école - ENSICAEN », sur www.cge.asso.fr (consulté le 20 mars 2014)
  19. a et b « Annuaire des formations doctorales et des unités de recherche », sur education.fr (consulté le 20 mars 2014)
  20. AERES, 2011, p5

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]