École franco-flamande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans le domaine musical, l'école franco-flamande fut un mouvement de renouveau musical du Moyen Âge tardif ou de la Pré-Renaissance qui se développa à partir du XVe siècle, dans les Pays-Bas franco-bourguignons avant de se répandre dans toute l'Europe. Il est caractérisé par le grand développement de la polyphonie et pose ainsi les bases de l'harmonie moderne. Le style franco-flamand s'est répandu à la fin de la période grâce à l'invention de l'imprimerie musicale, il est considéré comme le premier style musical d'Europe Occidentale depuis l'uniformisation du chant grégorien au IXe siècle. L'école franco-flamande s'étend sur toute la période 1420 - 1520, mais on distingue généralement trois générations successives de compositeurs.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Alors que la Guerre de Cent Ans entre la France et l'Angleterre tire à sa fin, certains duchés situés à l'écart du conflit, comme les Pays-Bas franco-bourguignons et la Bourgogne, connaissent la paix et la prospérité économique. Le développement des manufactures, notamment textiles, dans les Pays-Bas (Hainaut, Comté de Flandre, Principauté de Liège, Duché de Luxembourg et Brabant) contribue au développement des arts. Pendant près de deux siècles, ces pays font ainsi figure de principal centre culturel de l'Europe.

Les compositeurs de l'école franco-flamande ne se contentèrent pas de rester dans leur patrie mais partirent travailler dans de nombreux pays européens. Ils se rendirent ainsi en Italie, en Espagne, en France dont ils faisaient partie intégrante et en Allemagne où ils firent connaître leur style. Celui-ci se répandit rapidement grâce aux nombreux manuscrits (qui subsistent dans de nombreuses bibliothèques en Europe ou aux É.-U.) et au développement contemporain de l'imprimerie.

Les trois générations de l'école franco-flamande[modifier | modifier le code]

Bien que l'évolution du langage musical fût continue tout au long de la période, on distingue en général trois générations de compositeurs. Chacune dure une quarantaine d'années et est caractérisée par l'influence de quelques compositeurs marquants :

  • La première génération (1420-1450), aussi appelée école bourguignonne, a été dominée par Guillaume Dufay, Gilles Binchois et Antoine Busnois. Cette génération marque une rupture avec la musique médiévale. À la succession de quartes, de quintes et d'octaves qui marquait la musique d'alors, ils privilégient les superpositions de tierce et de sixte et en envisagent un développement vertical de la musique par la polyphonie.
  • La deuxième génération (1450-1485), dont Johannes Ockeghem fut le compositeur le plus marquant, est marquée par le développement de motets qui deviennent des lieux privilégiés de l'expérimentation du contrepoint.
  • La troisième génération (1480-1520), avec avant tout Josquin des Prés, souvent considéré comme le plus grand compositeur français de l'époque (né à Beaurevoir en Picardie et se déclarant français dans son testament) de cette école dite franco-flamande, mais aussi Jacob Obrecht, Pierre de La Rue et Heinrich Isaac.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]