École d'ingénieur généraliste en informatique et technologies du numérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École d'ingénieur généraliste en informatique et technologies du numérique
Image illustrative de l'article École d'ingénieur généraliste en informatique et technologies du numérique
Devise Ingénieurs en mouvement
Informations
Fondation 1936
Fondateur Ernest Lavigne
Type École d'ingénieurs privée
Régime linguistique Français, Anglais
Localisation
Coordonnées 48° 47′ 23″ N 2° 21′ 50″ E / 48.789672, 2.3638548° 47′ 23″ Nord 2° 21′ 50″ Est / 48.789672, 2.36385
Ville Villejuif
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Campus Villejuif
Direction
Président Jean-Pierre Meunier
Directeur Frédéric Meunier (depuis 2011)
Chiffres clés
Personnel 50 permanents et 120 vacataires
Étudiants 1200 en 2012[1]
Niveau Bac+5
Diplômés/an 288 en 2011
Divers
Affiliation UGEI, CGE, CDEFI
Site web http://www.efrei.fr/

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
École d'ingénieur généraliste en informatique et technologies du numérique

L'École d'ingénieur généraliste en informatique et technologies du numérique (EFREI), est l'une des 210 écoles d'ingénieurs françaises habilitées à délivrer un diplôme d'ingénieur. Le titre d'ingénieur est délivré depuis 1957 ; depuis 1973 il est « Ingénieur de l'École française d'électronique et d'informatique ».

École privée sous contrat d’association avec l’État, située à Villejuif, elle est membre de la Conférence des grandes écoles (CGE) et de l'Union des grandes écoles indépendantes (UGEI).

Historique[modifier | modifier le code]

Évolution[modifier | modifier le code]

L'école est fondée en 1936, dans le but de former des techniciens supérieurs spécialisés dans la manipulation d'ondes radiophoniques. Elle s’installe 10, rue Amyot dans le 5e arrondissement de Paris. Elle est reconnue par l’État en 1945 et crée la section « ingénieur » en 1947. Dix ans lus tard, la Commission des titres d'ingénieur habilite l'école à délivrer le titre d'ingénieur. L’enseignement de l’informatique est introduit en 1969 puis celui des réseaux. À partir de 1987, l'école ouvre un second site à Villejuif et ne forme que des ingénieurs, le nombre des élèves est porté de 70 à 160. Depuis septembre 2001, l'école occupe le seul site de 10 000 m2 à Villejuif. En mai 2007, l'école signe une convention de partenariat avec l'université de Marne-la-Vallée, ce qui permet aux élèves de 3e année qui le désirent d'obtenir la licence en informatique. En 2008, une convention de partenariat est signée avec l'école de management Audencia Nantes, ce qui permet à certains étudiants de 4e année d'obtenir un double diplôme ingénieur-école de commerce. En novembre 2011, l'école signe un partenariat exclusif de double-diplôme avec trois mastères spécialisés de Centrale Paris.[réf. nécessaire]

Le nom[modifier | modifier le code]

L'école est créée en 1936 sous le nom « École française de radioélectricité » (EFR). En 1973, l'école change de nom et devient l'« École française d'électronique et d'informatique » (EFREI).

En 2003, l'école change de nouveau son nom et devient l'« École d'ingénieurs des technologies de l'information et du management »[2], nom qu'elle change en 2012 pour « École d'ingénieur généraliste en informatique et technologies du numérique ».

En 2015, le nom officiel sur le diplôme reste toutefois « École française d'électronique et d'informatique »[3].

Formation[modifier | modifier le code]

L'école est l'une des premières écoles d'ingénieur à adopter une structuration des études en 3 ans + 2 ans, comme dans le système universitaire dit « LMD », contrairement à la plupart des autres qui fonctionnent sur le modèle 2 ans + 3 ans, cycle préparatoire / cycle ingénieur. Cependant, le cursus de licence s'apparente largement à celui de l'ancien cycle préparatoire intégré et orienté projets[4].

Le cycle master de deux ans propose trois majeures : systèmes d'information, ingénierie logicielle, informatique et finance de marché ; et huit spécialités : architecture des systèmes d'information, infrastructure et réseaux, sécurité (identité & accès), business intelligence, conception et développement, imagerie & réalité virtuelle, modélisation financière, échange international.

En plus de ces majeures et spécialités, l'élève-ingénieur choisit un métier et un secteur vers lesquels il se spécialise, parmi les suivants : sept métiers (architecte des SI, consultant, ingénieur d'affaires, manageur innovation, ingénieur financier, entrepreneur, international project manager) et huit secteurs (finance/bancassurance, santé, télécoms et internet, logistique et distribution, énergie, sustainable development, transports, nouveaux médias et jeux vidéo).

Recherche[modifier | modifier le code]

Comme toutes les écoles d'ingénieur, l'école doit disposer d'activités de recherche. Pour cela depuis 2011, l'école s'est rapprochée de l'École supérieure d'ingénieurs en informatique et génie des télécommunications (ESIGETEL) pour mutualiser leurs forces en créant le groupement d'intérêt scientifique (GIS) AllianStic dont les activités de recherche s'articulent autour de trois pôles : les systèmes d'information, la sécurité et les réseaux, les TIC-santé.

Quelques anciens élèves notoires[modifier | modifier le code]

Les associations de l'Efrei[modifier | modifier le code]

Il existe une quarantaine d'associations qui animent l'école[5] dont certaines ont reçu des prix[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

France]]