École cathédrale de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École cathédrale de Paris
Image illustrative de l'article École cathédrale de Paris
Informations
Fondation 1984 (fondation historique : Époque médiévale)
Type École cathédrale
Localisation
Ville Paris
Pays France

L'École cathédrale de Paris ou École du cloître (escoles du cloistre)[1] ou École de Paris était l'école de la cathédrale Notre-Dame de Paris. L'école cathédrale était surtout une école de théologie mais on y enseignait aussi le droit, la médecine, et les arts libéraux. Elle est à l'origine de l'Université de Paris qui reçut un statut officiel en 1200 au travers d'une charte du roi Philippe Auguste puis fut reconnue par le pape Innocent III en 1215.

Le succès des écoles de l'École cathédrale de Paris fut fondé sur la théologie évangélique enseignée selon une nouvelle méthode pour l'explication et l'interprétation par la procédure de legere, disputare, praedicare, et des exercices scolastiques qui furent couronnés par une vraie « maîtrise » dans l'Écriture Sainte.

Historique[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Durant le Haut Moyen Âge, les ordonnances de Charlemagne et les prescriptions de l’Église demandent à chaque cathédrale d’ouvrir une école dans laquelle on recevait, à l’origine, les enfants et les jeunes gens qui se destinaient à l’état ecclésiastique, et plus tard tous les enfants et les jeunes gens indistinctement (Admonitio generalis, De litteris colendis, Synode de Francfort). Ce fut le cas à Paris avec le chapitre de Notre-Dame ou cloître Notre-Dame où l’on installa l’école épiscopale.

Xe siècle[modifier | modifier le code]

Au Xe siècle Abbon de Fleury fréquente les écoles de Paris.

XIe siècle[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle les premières écoles capitulaires se créent dans l’île de la Cité autour de Notre-Dame. Au XIe siècle leur rayonnement n'égale pas celui de Laon ou de Chartres. Vers la fin du XIe siècle, les écoles du cloître de Notre-Dame de Paris étaient fréquentées par des écoliers venus de toute l'Europe. Parmi eux, les Anglais (on comprenait déjà sous ce nom les habitants de toutes les îles Britanniques : Anglais, Gallois, Irlandais) formaient le collège le plus important.

XIIe siècle, la splendeur[modifier | modifier le code]

Avec la consolidation de la monarchie capétienne, et la cour royale se fixant à Paris, la ville devient un grand centre urbain offrant une protection permanente. Au début du XIIe siècle, les écoles les plus célèbres de France sont celles de la cathédrale de Paris. Contrairement aux écoles monastiques les écoles épiscopales comme celle de Paris offraient aux écoliers la possibilité de choisir leur maître.

Vers 1100, Guillaume de Champeaux attirait beaucoup d'étudiants par l'enseignement de la dialectique[2]. Son disciple Pierre Abélard fut encore plus réputé et enseigna la dialectique et la théologie. Pierre Lombard enseigne à l'école Notre-Dame à partir de 1140 et contribue à assurer l'essor du studium parisien. en 1167 de nombreux étudiants étrangers durent quitter Paris et la France à cause d'une guerre. Pierre le Chantre, chanoine de Notre-Dame, commence à enseigner après 1168.

Depuis le concile de Latran III (1179) l'Église a une mission d'enseignement et doit assigner un maître qui enseigne gratuitement aux clercs et aux écoliers pauvres.

En 1198 la fête des Fous, très populaire parmi les écoliers, est censurée.

XIIIe siècle, l'essor de l'Université[modifier | modifier le code]

L'enseignement des disciplines profanes quitte peu à peu l'école cathédrale et un nombre important d'écoliers se détourne de la Théologie après avoir étudié les arts libéraux. Les maîtres es arts migrent peu à peu vers la rive gauche pour échapper à la juridiction du chancelier de Notre-Dame et transférer leurs écoles sous la juridiction de Sainte-Geneviève tandis que les écoliers apprécient de quitter les vieilles rues de la Cité pour loger dans ce joli quartier.

Vers 1222 le chancelier de Notre-Dame renonce à tout espoir de regagner les « artistes » de la rive gauche et de les ramener sous sa juridiction. L'école cathédrale conserve le droit de conférer la licence en Théologie, en Droit, et en Médecine et consent à ce que le droit de donner le bonnet de maître-ès-arts soit accordé aussi à l'abbaye de Sainte-Geneviève.

C'est de la réunion des écoles de logique établies sur la Montagne Sainte-Geneviève avec l'école de théologie, qui était resté dans le cloître de Notre-Dame, que s'est formée l'Université de Paris. La faculté de théologie est l'héritière directe de l'école Notre-Dame.

XIVe siècle, le déclin de l'École cathédrale[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle l'école cathédrale est supplantée par l'université. En 1384 le Chapitre de Notre-Dame tente sans succès de regagner le droit de donner des cours en droit canon au cloistre de l'eclise[1].

Lieux d'enseignement et d'hébergement[modifier | modifier le code]

Les écoles se trouvaient dans le secteur épiscopal qui s'étendait à l'est de l'île de la Cité, ou île royale.

Avant 1163 et le début de l'édification de la cathédrale Notre-Dame de Paris se trouvait :

  • À l'ouest, la cathédrale Saint-Étienne de Paris (sa façade occidentale se trouvait à une quarantaine de mètres plus à l’ouest que la façade actuelle de Notre-Dame et le bâtiment s'étendait jusqu'à un peu plus de la moitié de la longueur de la cathédrale actuelle),
  • vers le chœur de la cathédrale actuelle, une autre église dédiée à sainte Marie et nommée Notre-Dame,
  • sur le coté nord le baptistère Saint-Jean le Rond,
  • à l'ouest la chapelle Saint-Christophe affectée au service de l'hospitale pauperum,
  • sur le coté méridional l'évêché (palais épiscopal ?),
  • plusieurs autres oratoires (Saint-Denis-du-Pas à l'est, Saint-Marine et Saint-Pierre-aux-Bœufs au centre-est, et Saint-Aignan à partir de 1116-1117).

Après 1163 et le début de l'édification de la cathédrale Notre-Dame de Paris sont détruits :

  • la cathédrale Saint-Étienne,
  • le palais épiscopal (remplacé par un jardin et la nouvelle maison presbytérale),
  • l'église Notre-Dame

Avant 1160[modifier | modifier le code]

Avant 1126-1127 les écoles étaient groupées dans le cloître au nord est, à l'emplacement de l'actuel presbytère. (Aujourd'hui son emplacement est délimité par la rue d'Arcole, la rue du Cloître-Notre-Dame et la Seine avec le quai aux Fleurs.) Il s'agissait d'un ensemble de terrains et d'édifices relevant du chapitre : quelques oratoires, une quinzaine de maisons avec leurs jardins et dépendances.

Les étudiants internes étaient logés par les chanoines dans l'enceinte du cloître. Les étudiants externes (scolare externi)) suivaient les cours dans la partie ouest du cloître, appelé Tresantia.

Après 1126-1127, la vie bruyante des écoliers troublant la sérénité du cloître, les locaux d'enseignement seront déplacés de l'autre coté de l'église, dans un local contigu à la curie épiscopale (quidam locus adherens episcopali curie). L'enseignement passait ainsi du contrôle du chapitre à celui de l'évêque et les chanoines auront l'interdiction de louer leur maison à un écolier[3].

Après 1160[modifier | modifier le code]

Lorsque Maurice de Sully monta sur le trône épiscopal en 1160 les écoles durent définitivement abandonner le cloître puisqu'il renforça l'interdiction faite aux chanoines de louer leur maison à un écolier, ou même de leur offrir l'hospitalité.

Certaines écoles étaient peut-être situées sur le parvis (Paraviso) devant la cathédrale[4].

Le grand nombre d'étudiants pendant le XIIe siècle avait produit une pénurie de logements.

Le cloître de Notre-Dame subit de notables changements par suite des usages variables des chapitres. Au début du XIIIe siècle du temps de Louis le Gros le cloître de Notre-Dame de Paris se composait de maisons canoniales bâties dans son enceinte, et de plusieurs autres au-dehors. Avant de monter sur le trône il fit abattre une partie de ces maisons sises hors du cloître. Au commencement du XIVe siècle, le cloître de Notre-Dame de Paris, qui s'étendait, au nord et à l'est de la cathédrale, jusqu'au bord de la Seine, renfermait trente-sept maisons.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'école épiscopale est dirigée par le chancelier ou l'écolâtre assisté par le chantre.

Au XIe et au début du XIIe siècle la direction des écoles fut confiée aux écolâtres (scolastici).

Après le second quart du XIIe siècle, les devoirs de l'écolâtre furent assumés par le chancelier.

Enfants[modifier | modifier le code]

Les enfants étaient dirigés par le chantre du chapitre.

Écoliers avancés[modifier | modifier le code]

Les écoliers avancés étaient soumis au chancelier.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Enseignement de l'École de Paris était basé sur une méthode pour l'explication et l'interprétation des textes religieux par la procédure de legere, disputare, praedicare, et des exercices scolastiques.

Théologie[modifier | modifier le code]

L'école cathédrale de Paris excellait surtout dans l'enseignement de la théologie.

En 1207, le nombre des chaires fut limité à huit. En 1254, le nombre des chaires fut augmenté à douze, et trois furent réservées pour les chanoines de Notre-Dame.

Principaux enseignants :

Droit[modifier | modifier le code]

Médecine[modifier | modifier le code]

Arts libéraux[modifier | modifier le code]

Bibliothèque du chapitre[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle les livres sont en petit nombre. Des anciens élèves donnent leur livres[5].

Grades[modifier | modifier le code]

Les diplômes étaient en principe gratuits mais certain maîtres demandaient des rétributions monétaires. En 1179 le Concile de Latran renforça de nouveau les décrets antérieurs contre la vente de la licence

Licence[modifier | modifier le code]

licence d'enseigner (licentia docendi)

Maître[modifier | modifier le code]

Maître (magister)

Le titre de maître (magister) était réservé aux personnes qui se distinguaient dans l'enseignement des disciplines des arts, de décret, de médecine, et de théologie.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Maîtres et écoliers[modifier | modifier le code]

Chanceliers et Écolâtres directeurs[modifier | modifier le code]

Voir aussi : Chancelier de l'Université de Paris

Certain Chanceliers de l'École cathédrale de Paris apparaissent dans certains ouvrages comme Chancelier de l'église de Paris, chancelier de l’église métropolitaine ou Chancelier de l'Université de Paris.

Certains écolâtres ont eu une fonction de direction.

Écolâtres directeurs[modifier | modifier le code]

Chanceliers[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L'École cathédrale de Paris est le centre de formation du diocèse de Paris depuis 1984[7]. Il est situé depuis septembre 2008 au Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy, dans le Ve arrondissement de Paris.

Il a été fondé par le cardinal Jean-Marie Lustiger qui souhaitait favoriser l'émergence d'un centre d'enseignement diocésain et y permettre une formation « conforme » à sa responsabilité d'évêque. Cette idée reprenait une forme du Moyen Âge, où, dans différentes métropoles (Paris, Reims etc.), à partir du XIe siècle, des écoles de formation des futures ecclésiastiques existaient en opposition aux universités.

L'École cathédrale est passée de cinquante (à sa fondation) à plus de quatre mille étudiants pour l'année 2008. Elle est dirigée par Mgr Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris.

L'École cathédrale contient en son sein un établissement privé d'enseignement supérieur.

Elle regroupe principalement les sections ou formations suivantes :

  • La faculté de théologie Notre-Dame, qui forme des séminaristes, religieux, laïcs. Elle décerne des diplômes reconnus par le Vatican : de bachelier en théologie (cinq ou six ans d'études), licencié en théologie (deux ans après le baccalauréat en théologie) à docteur en théologie (au moins trois ans après la licence).
  • Les cours publics, plus largement ouverts, accueillent toute personne, en journée ou en soirée, soucieuse d'approfondir sa foi. Au sein des cours publics, une section "Judaïsme" a pour objectif de faire connaître aux chrétiens les racines juives de leur foi ainsi que le judaïsme.
  • La formation des responsables, qui sur deux ans, propose une formation aux personnes portant des responsabilités dans les paroisses et mouvements…

L'École cathédrale accueille également l'Institut de la famille s'adresse à ceux qui veulent réfléchir aux questions relatives à la famille, à la lumière de l'Évangile et de l'enseignement de l'Église.

Liste des professeurs contemporains[modifier | modifier le code]

  • Christine Pellistrandi : cours consacrés à l'étude des Psaumes, et cours consacrés à l'étude de l'Apocalypse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Astrik Ladislas Gabriel, Les Écoles de la Cathédrale de Notre-Dame et le commencement de l'Université de Paris. Paris : Société d'histoire ecclésiastique de la France, 1964, page 73.
  2. Pierre Abélard, Historia calamitatum
  3. Bernard Plongeron et Luce Pietri, Le Diocèse de Paris, éd. Beauchesne, 1987, vol. 1, p. 88.
  4. Astrik Ladislas Gabriel, Les Écoles de la Cathédrale de Notre-Dame et le commencement de l'Université de Paris. Paris: Société d'histoire ecclésiastique de la France, 1964, p. 79.
  5. Samaran Charles. Les archives et la bibliothèque du chapitre de Notre-Dame. In: Revue d'histoire de l'Église de France. Tome 50. no 147, 1964. p. 104.
  6. Astrik Ladislas Gabriel, Les Écoles de la Cathédrale de Notre-Dame et le commencement de l'Université de Paris. Paris: Société d'histoire ecclésiastique de la France, 1964, p. 76.
  7. Diocèse de Paris

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : École cathédrale de Paris.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie médiévale[modifier | modifier le code]

Bibliographie contemporaine[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]