École supérieure du bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis École Supérieure du Bois)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ESB.
École supérieure du bois
Informations
Fondation 1934
Type École d'ingénieurs privée
Localisation
Coordonnées 47° 17′ 01″ N 1° 30′ 52″ O / 47.283552, -1.5144547° 17′ 01″ Nord 1° 30′ 52″ Ouest / 47.283552, -1.51445  
Ville Nantes
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Direction
Président Robert Janvrin
Directeur Arnaud Godevin
Chiffres clés
Étudiants 321[1]
Doctorants 2[1]
Niveau Bac+5
Diplômés/an 75 en 2009[1]
Divers
Affiliation CGE, CDEFI, UGEI
Site web www.ecoledubois.fr

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
École supérieure du bois

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
École supérieure du bois
Parvis de l’École supérieure du bois (ESB)

L’École supérieure du bois (ESB) est une école d'ingénieur, établissement d'enseignement supérieur privé sous contrat avec l'État représenté par le ministère de l'Agriculture, qui fut fondée en 1934. À l'origine, sa création répondait à un double besoin à la fois des professionnels et de l'administration : donner au Corps des ingénieurs du génie rural et des eaux et forêts, une réelle connaissance de la transformation du bois et former des ingénieurs faisant défaut aux industriels du bois. Juridiquement, l’ESB est une association loi de 1901 qui est gérée par un président élu par le conseil d'administration.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’École supérieure du bois (ESB) a été créée en 1934 à Paris dans le 12e arrondissement entre la rue de Picpus et l’avenue de Saint-Mandé, à proximité d’un quartier (le faubourg Saint-Antoine) voué au travail du bois. Sa reconnaissance a été adoptée, le 20 décembre 1934, à l'unanimité par les membres du conseil supérieur de l'enseignement technique dépendant du ministère de l’Instruction publique[2]. Un décret lui accorda la reconnaissance le 26 janvier 1935. L’école n’a le droit de délivrer le titre d'ingénieur de l’ESB qu’à des ingénieurs déjà diplômés qui ont été admis sur titre et ont suivi une formation d'un an. Les deux ministères de tutelle de l'ESB sont alors ceux de l’Agriculture et de l’Instruction publique. L’École supérieure du bois (ESB) est fondée au sein de l’Institut national du bois, créé la même année, regroupant également d’autres écoles et un laboratoire d’essais des bois. Destinée à former des ingénieurs de haut niveau durant une année de spécialisation, l’ESB dérive vite vers une école de techniciens et d’auditeurs libres.

En 1946, l’école ouvre ses portes à d'autres ingénieurs pour deux années de formation.

Ce n’est qu’en 1959, après une réorganisation dans les années 1950, qu’elle deviendra une école d’ingénieur à cursus complet. Elle obtint sa première habilitation de la Commission des titres d'ingénieur en 1959[3].

En 1993, l'ESB déménage à Nantes sur le site du Campus de la Chantrerie.

En 1997, l'ESB devient membre de la Conférence des grandes écoles.

En septembre 2003, l’ESB crée une formation intitulée « International Wood Trade ».

Depuis 2005, des étudiants de l’École supérieure du bois (ESB) suivent une option d’approfondissement de troisième année « logistique de l’approvisionnement bois et première transformation ». Elle se déroulait, jusqu'en 2011 à Mont-de-Marsan mais depuis la rentrée 2011 cette dernière s'effectue à Bordeaux en collaboration avec l'École nationale supérieure des sciences agronomiques de Bordeaux Aquitaine (anciennement du groupe ENITA).

Formations[modifier | modifier le code]

L’École supérieure du bois (ESB) forme des ingénieurs en trois ans et leur délivre le titre d’ingénieur diplômé de l’École supérieure du bois[4].

L’enseignement dispensé concerne les métiers et les techniques du bois, mais aussi les sciences humaines, le management, le droit, la politique d’entreprise, les langues étrangères.

Cette formation est enrichie par 8 mois de stages pratiques dans des entreprises en France ou à l’étranger.

Les DEFI[modifier | modifier le code]

Il s'agit de projets pédagogiques dans le cadres de module Développement, Épanouissement et Formation individualisée.

En 2007, il s'agit d'« un projet qui nous a été proposé par l'administration de notre école dans le cadre de notre formation... Le but de ce projet est de créer en quatre jours un « animal du futur »... Un projet en partenariat avec le Futuroscope et le CNDB (le Comité national pour le développement du bois). Le Futuroscope proposera prochainement deux expositions : la première sur le thème les animaux du futur et la seconde sur les métiers du bois. » [5]

La finalité de tels projets, c'est, qu'un tel « mini-DEFI, au-delà de ses aspects ludiques, a pour but de nous former à la réalisation d'un projet en groupe dans un temps et un lieu limité. Il nous permet ainsi une approche amusante et concrète de notre futur métier : ingénieur-bois ! » [6]

Il s'agit d'un « exercice noté par groupe de 5 qui doit allier la créativité, la rapidité, l’originalité et la conception du projet, et le tout en 4 jours. En fait, une belle course d’ingéniosité pour des futurs ingénieurs. »[7]

D'autre projets peuvent être beaucoup plus conséquents, telle la construction de la coque pontée d'un voilier Class 40 pour Benoît Parnaudeau, qui participa à la Transat Québec-Saint-Malo, par 11 élèves de l'ESB durant sept mois en 2006[8],[9].

Dans le même esprit, six étudiants ont réalisé la coque d'un voilier néo-classique de 8,90 m, le Vert d'Ô dans l'atelier de l'école entre 2008 et 2009.

AIESB - Association des ingénieurs de l'École supérieure du bois[modifier | modifier le code]

L'École supérieure du bois est soutenue par son association d'anciens élèves, l'AIESB[10]. Cette association créée en 1944 est localisée 6, avenue de Saint-Mandé à Paris 12e.

L'AIESB se veut avant tout un réseau de relations entre des individus qui ont en commun leur École et la formation qu'ils ont reçue. Elle édite chaque année un annuaire, diffuse des offres d'emploi et des CV, organise des réunions régionales, etc. Elle appartient au Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France (CNISF).

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]