École Rimpa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paysage de printemps, par un peintre inconnu de l'école Rimpa, XVIIIe siècle, paravent à six panneaux à l'encre et à la feuille d'or, sur papier

L'école Rimpa (琳派), transcrite également sous la forme Rinpa, est une des écoles historiques majeures de la peinture japonaise décorative. Elle fut créée au XVIIe siècle par les artistes Hon'ami Kōetsu (1558-1637) et Tawaraya Sōtatsu (mort aux alentours de 1643). Une cinquantaine d'années plus tard, ce style fut encore affirmé par les frères Ogata Kōrin et Kenzan.

Fondateurs de l'école Rimpa[modifier | modifier le code]

Les artistes qui ont fondé l'école venaient tous deux de familles bien connues sur le plan artistique ; Kōetsu faisait partie d'une famille de polisseurs de sabres, qui avait servi la cour impériale ainsi que les deux plus grands chefs militaires de l'époque, Oda Nobunaga et Toyotomi Hideyoshi ; ils entretenaient par ailleurs des relations avec les shoguns Ashikaga. Le père de Kōetsu expertisait des sabres pour la noble famille des Maeda, et Kōetsu lui-même poursuivit ces arrangements avec la famille Maeda, en plus d'autres activités similaires qu'il avait dans le domaine de l'art, activités qui le mirent en contact avec des personnalités artistiques. Ceci l'amena à s'investir plus dans le domaine de la peinture, de la calligraphie, du travail de la laque, et enfin des Arts du Thé (il fut également un créateur de bols de thé Raku), que dans celui de l'expertise des sabres. Son propre style s'inspire de sa connaissance de l'art aristocratique de la période Heian.

Kōetsu connaissait Tawaraya Sōtatsu, un artiste qui peignait des éventails à Kyoto, et était introduit à la cour comme créateur de calligraphies décoratives. Les deux maîtres collaborèrent à de nombreuses occasions, et Sōtatsu fournissait Kōetsu en papier doré. Sōtatsu lui-même fit revivre le genre classique du Yamato-e qui inspirait Kōetsu, en y apportant des lignes audacieuses et des motifs colorés frappants, ainsi que d'autres apports techniques. Ensemble, les deux artistes firent revivre le Yamato-e en lui apportant des innovations contemporaines. Leurs œuvres n'étaient pas sans rappeler les productions d'alors de l'école Kano, bien que celle-ci vise un art nettement plus aristocratique et orné, là où Kōetsu et Tawaraya Sōtatsu se préoccupaient de belles peintures décrivant la nature de façon intimiste.

Évolution ultérieure[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, l'école Rimpa continua de voir apparaître de nouvelles innovations. Ogata Korin, fils d'un marchand de Kyoto prospère, dont on dit que c'est son père lui-même, homme d'une grande culture, qui le forma à la peinture de style Kano, reçut également une formation dans le style Rimpa. Les innovations apportées par Korin consiste à rendre la nature de manière plus abstraite, moins conventionnelle, en faisant appel à des gradations de couleurs, et à des mélanges de couleurs pour parvenir à des effets étonnants et des variations des coloris à l'infini ; Korin fit aussi largement appel à des matières précieuses telles que l'or ou les perles, restant en cela fidèle à la « signature » habituelle de l'école Rimpa. C'est à cette période, la fameuse période Genroku (1688-1704), qui fut une ère d'épanouissement culturel, que l'école Rimpa parvint au sommet de son art.

Le style typique de l'école Rimpa dépeignait des sujets simples tirés de la nature, tels que des oiseaux, des plantes et des fleurs, avec un arrière-plan réalisé à la feuille d'or. Beaucoup de ces peintures étaient utilisées pour orner les portes coulissantes et les panneaux muraux (fusuma) de nobles demeures.

Principaux artistes Rimpa[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joan Stanley-Baker, Japanese Art, Londres, Thames and Hudson Ltd, 1984

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]