Éclairage (vélo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir éclairage.
Un éclairage à pile sur un vélo de course

L'éclairage à vélo est l'ensemble des composants permettant à un cycliste de voir et d'être vu dans l'obscurité ou des conditions de faible visibilité. Ces composants peuvent être des phares ou des éléments réfléchissants. Dans la plupart des pays, l'éclairage est un équipement obligatoire.

L'éclairage est un élément essentiel du cycliste urbain. Toutefois, il est aussi utile au cycliste sportif, pour les entraînements avec peu de visibilité, ou pour les courses de nuit.

Éclairage avec générateur[modifier | modifier le code]

L'éclairage par générateur (improprement nommé dynamo) est une forme d'éclairage utilisée sur les vélos, utilisant la force de propulsion développée par l'utilisateur pour entraîner un alternateur qui alimente électriquement le ou les phares.

Le dispositif est composé de trois éléments reliés entre eux par des fils électriques :

  • le générateur de courant, un alternateur
  • le feu rouge à l'arrière
  • le phare à l'avant
  • des fils.
  • le cadre, qui sert de masse.

Les alternateurs de vélo fournissent un courant alternatif de 6 volts pour 3 watts, donc 0,5 ampères. Les 3 watts sont répartis en 2,4 W pour l'avant et 0,6 W pour l'arrière[1].

L'inconvénient du générateur est l'arrêt de production d'électricité à l'arrêt du vélo. Pour compenser cela, certains phares incluent un condensateur, qui leur permet de rester allumés quelques minutes lorsque le vélo est immobile, ou une batterie.

Dynamo moyeu[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dynamo moyeu.
Une dynamo moyeu SON, version adaptée pour frein à disque

Une dynamo moyeu est un générateur de courant présent dans le moyeu de la roue avant. Le courant est généré par la rotation de la roue, sans qu'il n'existe de frottements entre la roue et la dynamo, comme dans le cas de la dynamo bouteille. Il existe toutefois une légère résistance au roulement, qui est dépendante de la qualité des modèles.

Outre la quasi-absence de frottements, la dynamo moyeu n'est pas sensible à la pluie ou la neige, qui occasionnent une perte de rendement sur les dynamos bouteille. Elle permet également un éclairage puissant à faible vitesse, et à certains phares d'atteindre les 60 Lux[2] à 10 mètres. Enfin, la dynamo moyeu étant toujours active, la présence de détecteurs de luminosité permet d'allumer automatiquement les phares dès que la luminosité baisse, sans aucune intervention du cycliste.

Dynamo bouteille[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dynamo bouteille.
Dynamo bouteille

Une dynamo bouteille est un générateur de courant placé en général le long de la roue arrière, dont la rotation entraîne par frottement avec le pneu un alternateur. Les dynamos bouteille doivent être engagées manuellement, pour établir le contact entre la dynamo et le pneu. En position relevée, il n'y a par contre aucun frottement ni résistance.

Les dynamos bouteille sont en général peu chères et faciles à monter. En revanche, elles sont sensibles à la pluie, et elles usent le flanc des pneus. Pour réduire au minimum les frottements et donc l'usure des pneus, la dynamo doit être placée de telle manière que son axe passe par le centre de la roue. Certains pneus possèdent une bande rainurée sur leur flancs pour faciliter l'entrainement de la dynamo bouteille.

Éclairage à piles[modifier | modifier le code]

Il existe également des éclairages fonctionnant à piles. Ils peuvent être intégrés dans un système d'éclairage fixe, ou amovible. Ce système possède l'avantage de ne pas exercer de frottements, et donc de perte de rendement. En revanche, il possède une autonomie limitée par la durée de vie des piles qui servent à alimenter les phares.

Les éclairages amovibles peuvent se placer sur le guidon ou sur le casque pour l'éclairage avant, sur le porte-bagage ou sous la selle pour l'éclairage arrière. Ils sont particulièrement intéressants pour les cyclistes sportifs, puisqu'ils sont faciles à enlever lorsque le cycliste souhaite maximiser la performance.

Feux diurne[modifier | modifier le code]

feux diurnes à LED pour vélo, Cyo RT de Busch& Müller

Certains phares sont munis de feux diurne, permettant une meilleure visibilité du cycliste de jour. Ce sont généralement des feux à LED, distincts du phare principal. Les feux diurnes s'éteignent automatiquement lors de l'allumage du phare principal.

Éléments réfléchissants[modifier | modifier le code]

Catadioptres arrière sur garde-boue, sur flancs de pneus, sur roues et pédales.

L'éclairage actif est en général augmenté de divers dispositif rétro-réfléchissant, qui permettent de réfléchir la lumière des phares des automobiles, et donc d'augmenter la visibilité du cycliste. Ils peuvent être présents sur le vélo lui-même :

  • catadioptres avant et arrière
  • pneus à flancs réfléchissants
  • réflecteurs de roues
  • réflecteurs de pédales

ou sur le cycliste :

  • Gilet de haute visibilité
  • veste, sur-pantalon, sur-chaussure, casque, comportant des éléments réfléchissants.
  • brassards réfléchissants

Législation[modifier | modifier le code]

En France, selon le code de la route, un vélo doit être muni d'un phare avant de couleur blanche ou jaune, un phare arrière de couleur rouge, un catadioptre blanc à avant[3], rouge à arrière[4], des réflecteurs de pédales[3], et des réflecteurs visibles latéralement[5]. Le gilet de haute visibilité est également obligatoire la nuit hors agglomération, ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante[6] .

En Suisse, les vélos doivent être équipés d'un éclairage non clignotant, blanc à l'avant, rouge à l'arrière, ainsi que de catadioptres avant et arrière.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tests d'alternateur par Chris Juden chez Wilfried Schmidt Maschinenbau, Tübingen, Allemagne
  2. Spécifications du phare avant LUMOTEC IQ Cyo chez Busch & Müller
  3. a et b Article R.313-20 du code de la route
  4. Article R.313-18 du code de la route
  5. Article R.313-19 du code de la route
  6. Arrêté du 29 septembre 2008 relatif au gilet de haute visibilité au JORF no 0232 du 4 octobre 2008, page 15307, texte no  4.