Ève mitochondriale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ève (homonymie).

L'Ève mitochondriale, ou plus récent ancêtre matrilinéaire commun, est le nom donné à une femme hypothétique considérée comme la plus récente ancêtre commune par lignée maternelle de l'Humanité. Son existence est attestée par la démonstration qu'il y a une lignée unique de mitochondries dans les cellules de tous les humains. Seuls de très rares cas de transmission d'ADN mitochondrial ont été rapportés, et l'effet de ces occurrences est donc négligeable [phrase incompréhensible. Références, svp. Merci.]

Les mitochondries sont des organites cellulaires qui ne sont transmis que par l'ovule de la mère et il a été démontré que tous les ADN mitochondriaux humains ont une origine commune. L'Ève mitochondriale est l'équivalent féminin de l'Adam Chromosome-Y, l'ancêtre commun le plus récent[évasif] par lignée paternelle.

En tenant compte de la vitesse de mutation (concept de l'horloge moléculaire), dans cet ADNmt, les calculs font supposer que l'Ève mitochondriale a vécu il y a quelque 150 000 ans. La phylogénie suggère qu'elle a vécu en Afrique[1] (aujourd'hui Éthiopie, Kenya ou Tanzanie).

Importance d'Ève[modifier | modifier le code]

Bien que le nom biblique d'Ève lui ait été donné, l'Ève mitochondriale n'était pas le seul individu femelle vivant de son époque. D'autres femmes vivaient en même temps qu'elle. Ces autres femmes ont elles aussi eu une descendance, probablement certaines d'entre elles sont aussi des ancêtres communes à l'Humanité actuelle, ou des ancêtres communes à une partie seulement de l'Humanité. Ce qui caractérise l'Ève mitochondriale, et toutes ses ancêtres par lignée maternelle, est qu'elle est l'ancêtre par lignée maternelle uniquement. De sa génération, seule l'Ève mitochondriale a produit une chaîne ininterrompue de filles jusqu'à aujourd'hui, et elle fut la seule de laquelle tous les humains vivants descendent en ligne maternelle. Les mitochondries des autres femmes de son époque ont disparu, n'ayant pas été transmises à au moins une fille. Cela ne veut pas dire qu'elles n'ont pas de descendance ; les autres femmes ont bel et bien eu une descendance faite d'hommes et de femmes, mais pas de lignée maternelle pure. Les descendants de ces autres femmes auront une partie de leur bagage génétique, mais les mitochondries de leur ascendance maternelle, donc ceux issus de l'Ève mitochondriale.

Les lois du hasard couplées à une population réduite montrent que[évasif] la moindre variation dans les proportions d'un allèle au sein d'une population peut entraîner rapidement sa domination ou sa disparition par dérive génétique, même si cet allèle n'a pas d'effet différentiel en matière de sélection naturelle. Il en est de même pour l'ADN mitochondrial.

Les études par simulation sur ordinateur[Par qui ?][Quand ?][Où ?][Comment ?] indiquent qu'Ève n'est peut-être pas la plus récente ancêtre commune de l'Humanité dans l'absolu, mais la plus récente ancêtre commune par lignée maternelle. D'autres ancêtres communes plus récentes ont apporté leur contribution à différents gènes résidant dans l'ADN nucléaire linéaire. Par exemple, quelque ancêtre commune plus récente doit avoir transmis un gène qui spécifie une sous-unité d'ARN dans les ribosomes. Cependant, puisque la reproduction mêle l'ADN nucléaire des chromosomes transmis par les deux parents, une ancêtre commune plus récente qu'Ève reste difficile à identifier actuellement.

Chaîne d'évènements[modifier | modifier le code]

Le fait qu'aucune autre lignée féminine n'ait survécu depuis l'époque d'Ève semble un effet du hasard[évasif] plutôt que de la sélection naturelle. Un individu féminin acquiert le titre d'« Ève » rétroactivement à travers une exceptionnelle lignée de filles : dans chaque génération de sa descendance se trouve au moins une fille donnant naissance à une autre fille. Ève ne prend possession de son « titre » que lorsque les lignées de toutes les autres prétendantes sont interrompues, la détentrice du titre n'aurait donc pas pu être identifiée par un test de son vivant.

Essentiellement, le processus hypothétique par lequel tous les lignages sauf un disparaissent est le même que celui de la dérive génétique des allèles. De même que pour la « fixation » ou la disparition de tous les autres allèles durant la dérive génétique, le processus de la fixation matrilinéaire est beaucoup plus lent et a beaucoup moins de chances de se réaliser dans une vaste population que dans une petite. Si Ève avait vécu parmi des millions d'autres femmes, il serait très improbable que les ancêtres matrilinéaires de tous les humains vivants aujourd'hui convergent vers Ève (ou autre contemporaine d'Ève).

Pourquoi la communauté d'Ève et de ses semblables aurait-elle été si petite ? Une possibilité est que la population humaine mondiale à son époque soit passée par un goulet d'étranglement. Une autre est qu'Ève ait vécu parmi une sous-population d'humains venue supplanter toutes les autres. Une version encore plus extrême de ce scénario est qu'Ève ait eu une vie très brève après quelque évènement isolant ayant causé la spéciation des Humains anatomiquement modernes. Parmi les restes de squelettes humains les plus anciens qui aient été découverts, le plus vieux à présenter des os comparables aux humains d'aujourd'hui date effectivement de l'époque à laquelle vécut Ève.

La relation à Adam[modifier | modifier le code]

D'autre part, il existe un homme, « l'Adam Y-chromosomique », ayant engendré une lignée ininterrompue de mâles qui sont les aïeux de tous les hommes de la terre il y a 142 000 ans. En 2011, Fulvio Cruciani et al. ont calculé par la diversité de l'ADN du chromosome Y que le plus récent ancêtre patrilinaire commun daterait d'environ 142 000 années[2]. D'anciennes évaluations faisaient remonter l'Adam Y-chromosomique vers seulement la moitié du temps écoulé depuis Ève. Ceci veut dire que le goulet d'étranglement dans la lignée paternelle directe coïncide à celui lié à Ève, et a affecté le lignage humain à la même époque.

Théorie alternative : transmission des mitochondries paternelles ?[modifier | modifier le code]

Une transmission des mitochondries paternelles aux ovocytes ruinerait la théorie de l'Ève mitochondriale. À l'heure actuelle, une telle transmission n'a été observée que dans de très rares cas, chez des espèces de moule[3],[4]. Il s'agit donc d'une hypothèse audacieuse. Si elle s'avérait, les mitochondries ne seraient pas un marqueur matrilinéaire aussi exclusif qu'on l'avait supposé. Selon la fréquence avec laquelle la recombinaison surviendrait, il se pourrait qu'aucune Ève n'ait jamais existé. Néanmoins, les preuves à l'appui d'une telle théorie sont encore insuffisantes. Il était actuellement admis que, chez l'homme, les mitochondries paternelles situées dans le flagelle des spermatozoïdes ne passent pas dans l'ovocyte. Il existe cependant un cas bien documenté de transfert chez l'humain de l'ADN-mt d'un père à son fils et sans le fait que la tare transmise par le père était très facile à diagnostiquer ce transfert paternel d'ADN mitochondrial serait tout à fait passé inaperçu. Les recherches devront se poursuivre pour déterminer si ce cas est vraiment exceptionnel et si le transfert d'ADN-mt par le père doit être un phénomène à prendre en considération à l'avenir.

Ève et l'origine africaine[modifier | modifier le code]

Les grandes migrations préhistoriques d'Homo sapiens reconstituées sur la base de l'ADNmt (datations en milliers d'années avant le présent)

On parle parfois de l'Ève mitochondriale comme d'une Ève africaine. L'hypothèse africaine est établie sur l'examen des fossiles aussi bien que sur l'analyse de l'ADN mitochondrial. Les « arbres généalogiques » (ou « phylogénies ») édifiés sur la base des comparaisons des ADN mitochondriaux montrent que les humains vivants dont les lignages mitochondriaux constituent les premières branches de l'arbre sont les populations indigènes d'Afrique, tandis que les lignages des peuples indigènes des autres continents naissent tous de lignées africaines. Les chercheurs ont donc pensé que tous les humains vivants descendent d'Africains, dont quelques-uns ont migré hors d'Afrique pour peupler le reste du monde. Aussi, nombre de chercheurs prennent-ils le fait mitochondrial comme preuve en faveur de « l'origine unique » ou « Genèse africaine ».

La construction d'arbres généalogiques à partir des données d'ADN est cependant une science inexacte. Les critiques de la « Genèse africaine » soutiennent que le fait mitochondrial peut être expliqué aussi bien, ou même mieux, par des arbres plaçant Ève plus proche des peuples d'Asie. Toutefois, depuis 2003, suite aux progrès successifs en matière d'informatique et de méthodes de détermination des arbres phylogénétiques, le nombre de ces critiques a diminué. En tout état de cause, le plus grand soutien que l'ADN mitochondrial puisse offrir à l'hypothèse de l'origine africaine ne dépend pas des arbres généalogiques. C'est en effet parmi les populations africaines que l'on trouve la plus grande diversité d'ADN mitochondrial, certaines variations ne semblant exister qu'en Afrique. Cette diversité n'aurait pu s'accumuler, disent les chercheurs, si les humains n'avaient pas vécu plus longtemps en Afrique que n'importe où ailleurs. L'analyse des séquences du chromosome Y a donné également des résultats en faveur d'une origine africaine des hominiens.

Récente découverte sur l'origine africaine[modifier | modifier le code]

Une récente découverte (2007) confirme l'origine africaine de l'Ève mitochondriale. En effet, une équipe de chercheurs de l'Université de Cambridge a publié dans la revue Nature les résultats de leur recherche sur la théorie de l'origine de l'humain[5]. Ils sont arrivés au résultat que l'être humain est effectivement originaire d'Afrique sub-saharienne.

Pour arriver à ce résultat, l'équipe du Dr Andrea Manica (University of Cambridge, Department of Zoology) a combiné deux méthodes complémentaires : une étude génétique sur les différentes populations existantes et une étude phénotypique de plus de 6000 squelettes venant de plusieurs régions de la planète.

Le Dr Andrea Manica explique : "... certains ont utilisé des données morphologiques pour argumenter que les êtres humains modernes avaient des origines multiples. Nous avons combiné nos enregistrements génétiques avec de nouvelles mesures d'un large échantillon de squelettes pour démontrer définitivement que les êtres humains modernes sont originaires d'une seule région au sud du Sahara en Afrique."[6],[7]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans le dernier épisode de la saison 4 de Battlestar Galactica, Lorsque l'Humanité vient s'établir sur Terre, l'Ève Mitochondriale est présentée comme étant la fille d'un père humain et d'une mère cylon, un organisme synthétique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Richard Dawkins, Il était une fois nos ancêtres : une histoire de l'évolution, 2005 (ISBN 978-2-2211-0505-4) ; (en) The Ancestor's Tale: A Pilgrimage to the Dawn of Life, 2004 (ISBN 978-0-7528-7321-3)
  2. (en) Fulvio Cruciani et al., « A Revised Root for the Human Y Chromosomal Phylogenetic Tree: The Origin of Patrilineal Diversity in Africa », The American Journal of Human Genetics, vol. 88, no 6,‎ 19 mai 2011 (DOI 10.1016/j.ajhg.2011.05.002, lire en ligne)
  3. (fr) Breton et Doucet Beaupré, « Un système de transmission de l'ADN mitochondrial sexuellement équitable », Médecine/Sciences, vol. 23, no 11,‎ novembre 2007, p. 1038-1040 (lire en ligne)
  4. (en) Breton, Doucet Beaupré, T. Stewart, R. Hoeh et U. Blier, « The unusual system of doubly uniparental inheritance of mtDNA: isn't one enough? », Trends in Genetics, vol. 23, no 9,‎ septembre 2007, p. 465-474 (DOI 10.1016/j.tig.2007.05.011)
  5. (en) Manica, Amos, Balloux et Hanihara, « The effect of ancient population bottlenecks on human phenotypic variation », Nature, vol. 448,‎ 19 juillet 2007, p. 346-348 (DOI 10.1038/nature05951, lire en ligne)
  6. (fr) Article de www.hominides.com "Out of Africa : le berceau de nos origines..."
  7. (en) Article de www.sciencedaily.com "New Research Proves Single Origin Of Humans In Africa"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cann, R.L., Stoneking, M., et Wilson, A.C., 1987, "Mitochondrial DNA and human evolution", Nature 325; p. 31–36
  • Excoffier, L., et Yang, Z., "Substitution Rate Variation Among Sites in Mitochondrial Hypervariable Region I of Humans and Chimpanzees", 1999, Mol. Biol. Evol. 16; p. 1357–1368
  • Kaessmann, H., et Pääbo, S.: "The genetical history of humans and the great apes". Journal of Internal Medicine 251: 1–18 (2002). pubmed
  • Laurence Loewe et Siegfried Scherer, “Mitochondrial Eve: The Plot Thickens,” Trends in Ecology & Evolution, Vol. 12, 1997, p. 422.
  • Nicole Maca-Meyer, Ana M González, José M Larruga, Carlos Flores et Vicente M Cabrera (2001) "Major genomic mitochondrial lineages delineate early human expansions". BMC Genetics Biomed central
  • Stephen Oppenheimer, The Real Eve, Carroll & Graf, 2004 (ISBN 978-0-7867-1334-9)
  • Bryan Sykes, The Seven Daughters of Eve: The Science That Reveals Our Genetic Ancestry, W.W. Norton, 2001, 306 pages, (ISBN 978-0-393-02018-2). Traduction française : Les sept filles d'Ève, (ISBN 978-2226126177 et 978-2253155881)
  • Vigilant, L., Pennington, R., Harpending, H., Kocher, T.D. et Wilson, A.C., 1989, "Mitochondrial DNA Sequences in Single Hairs from a Southern African Population", Proc. Natl. Acad. Sci. USA 86; p. 9350–9354
  • Thomas J. Parsons et al., "A High Observed Substitution Rate in the Human Mitochondrial DNA Control Region", Nature Genetics, Vol. 15 avril 1997, p. 365.
  • Vigilant, L., Stoneking, M., Harpending, H., Hawkes, K. et Wilson, A.C., 1991, "African Populations and the Evolution of the Human Mitochondrial DNA", Science 253; p. 1503–1507 Pubmed
  • Watson E., Forster P., Richards M. et Bandelt H.-J. (1997). "Mitochondrial Footprints of Human Expansions in Africa." American Journal of Human Genetics. 61: 691-704 pubmed
  • Spencer Wells The Journey of Man: A Genetic Odyssey, Princeton University Press, January 2003, hardcover, 246 pages, (ISBN 978-0-691-11532-0)
  • A. C. Wilson, R. L. Cann, S. M. Carr, M. George Jr., U. B. Gyllensten, K. Helm- Bychowski, R. G. Higuchi, S. R. Palumbi, E. M. Prager, R. D. Sage, et M. Stoneking (1985) "Mitochondrial DNA and two perspectives on evolutionary genetics". Biological Journal of the Linnean Society 26:375-400

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]