Ève le Maréchal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ève le Maréchal, en anglais Eva Marshall (1203-1246)[réf. nécessaire], était une noble issue de l'aristocratie cambro-normande, et l'épouse du puissant seigneur des Marches galloises Guillaume de Briouze, ou William (V) de Braose († 1230), seigneur de Radnor, Brecon et Abergavenny. Elle était la fille de Guillaume le Maréchal, comte de Pembroke, et la petite-fille du comte de Pembroke Richard de Clare, dit Arc-Fort, et d'Aoife MacMurrough (ou Ève de Leinster).

Suite à la pendaison publique de son époux sur ordre du prince de Galles Léolin le Grand, elle tint les terres et châteaux des Briouze de son droit propre.

Famille et mariage[modifier | modifier le code]

Ève naquit en 1203, au château de Pembroke, en Pays de Galles, cinquième fille[1] et dixième enfant de Guillaume le Maréchal et d'Isabelle de Clare, suo jure comtesse de Pembroke. Ses grands-parents paternels étaient Jean le Maréchal et Sibylle de Salisbury ; ses grands-parents maternels, le comte de Pembroke Richard de Clare, connu sous le nom d'Arc-Fort ou Strongbow et Aoife MacMurrough, de qui l'enfant tint probablement son prénom.

Ève était la benjamine de la famille[réf. nécessaire], cinq fils et quatre fils l'ayant précédée. Ève et ses sœurs étaient réputées pour leur beauté et leur esprit[2]. De 1207 à 1212, Ève et sa famille vécurent en Irlande.

Peu avant 1221, âgée de dix-huit ans, elle épousa le seigneur des Marches Guillaume de Briouze (ou William de Braose), qui succéda en 1228 à la tête de la seigneurie d'Abergavenny, et dont elle eut quatre filles. Guillaume était le fils de Reginald de Briouze et de sa première épouse, Grecia Briwere. Il était infiniment détesté de la population galloise, qui l'avait surnommé Gwilym Ddu ou Guillaume le Noir.

Château de Pembroke, pays de Galles, lieu de naissance d'Ève le Maréchal

Veuvage[modifier | modifier le code]

Le 2 mai 1230, le mari d'Ève fut pendu publiquement sur ordre du prince de Galles Léolin le Grand, après avoir été découvert dans la chambre du prince en compagnie de l'épouse de Léolin, Jeanne, fille de Jean d'Angleterre. Ironie et cruauté du sort, quelques mois plus tard la fille d'Ève, Isabelle, épousa le fils de Léolin, Dafydd ap Llywelyn (ou David de Vénédotie), leur contrat de mariage ayant été établi avant le crime et l'exécution de Briouze. Le prince Léolin écrivit peu de temps après à Ève, pour s'excuser et expliquer qu'il avait été contraint à cette sentence à cause de l'insistance des seigneurs gallois. Il conclut cependant sa lettre en espérant que cette exécution n'affecterait pas leurs affaires[3].

Suite à la mort de son mari, Ève tint les états de Briouze, terres et châteaux, en vertu de son droit propre. Ève perçut 12 marcs du roi Henri III d'Angleterre afin de fortifier le château de Hay, dont elle avait reçu la gestion comme part de son douaire[4].

Au commencement de l'année 1234, Ève fut embarquée dans la révolte de son frère le comte de Pembroke Richard contre le roi Henri et fut probablement l'un des arbitres entre le souverain et ses frères rebelles à la suite de l'assassinat de Richard en Irlande[5]. Cette supposition découle du sauf-conduit qu'Ève reçut en mai 1234 afin de s'adresser au roi. À la fin de ce même mois, le roi accorda à Ève un décret lui rendant possession des terres et châteaux qu'Henri lui avait confisqué en réponse à la révolte de ses frères. Ève reçut également une déclaration formelle du souverain disant qu'elle était « revenue dans ses bonnes grâces »[6].

Ève mourut en 1246, âgée de quarante-trois ans.

Enfants[modifier | modifier le code]

De son mariage avec Guillaume de Briouze, ou William (V) de Braose († 1230), elle eut :

Descendance royale[modifier | modifier le code]

À travers sa fille Mathilde, qui avait épousé Roger Mortimer, Ève fut l'ancêtre des rois d'Angleterre Édouard IV, Édouard V, Richard III, et de tous les rois depuis Henri VIII. Elle est aussi l'ancêtre des reines Anne Boleyn, Jane Seymour, Catherine Howard, et Catherine Parr à travers le lignage de trois de ses filles : Aliénor, Mathilde, et Ève de Briouze.

Ancêtres[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16
 
 
 
 
 
 
 
8. Gilbert le Maréchal
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17.
 
 
 
 
 
 
 
4. Jean le Maréchal
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18.
 
 
 
 
 
 
 
9.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19.
 
 
 
 
 
 
 
2. Guillaume le Maréchal
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20.
 
 
 
 
 
 
 
10. Gaultier de Salisbury
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21.
 
 
 
 
 
 
 
5. Sibylle de Salisbury
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Patrick of Chaources
 
 
 
 
 
 
 
11. Sibylle de Chaources
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23.
 
 
 
 
 
 
 
1. Ève le Maréchal
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Gilbert de Clare
 
 
 
 
 
 
 
12. Gilbert FitzGilbert de Clare
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Alice de Clermont
 
 
 
 
 
 
 
6. Richard FitzGilbert de Clare
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Robert de Beaumont, 1st Earl of Leicester
 
 
 
 
 
 
 
13. Isabelle de Beaumont
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Elizabeth de Vermandois
 
 
 
 
 
 
 
3. Isabelle de Clare
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Donnchadh mac Murchada, King of Leinster
 
 
 
 
 
 
 
14. Dermot MacMurrough, roi de Leinster
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29.
 
 
 
 
 
 
 
7. Aoife de Leinster
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Muirchertach O'Toole (O'Tuathail), King of the Ui Muirdeaigh
 
 
 
 
 
 
 
15. Mor O'Toole
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Cacht Inion Loigsig O'Morda
 
 
 
 
 
 

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cawley, Charles (2010). Medieval Lands, Earls of Pembroke 1189-1245(Marshal)
  2. Costain, Thomas B.(1959). The Magnificent Century. Garden City, New York: Doubleday and Company Inc. p.103
  3. Gen-Medieval-L Archives, retrieved on 7 November 2009.
  4. Close Rolls (1234-1237)
  5. Linda Elizabeth Mitchell (2003). Portraits of Medieval Women: Family, Marriage and Politics in England 1225-1350. New York: Palgrave MacMillan. p.47
  6. Mitchell, p.47

Sources[modifier | modifier le code]

  • de Braose family genealogy
  • Cokayne, G. E. The Complete Peerage
  • Costain, Thomas B. (1959). The Magnificent Century. Garden City, New York: Doubleday and Company, Inc.