Ève (film, 1950)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ève (film))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ève (homonymie) et All About Eve.

Ève

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Bette Davis et Gary Merrill

Titre original All About Eve
Réalisation Joseph L. Mankiewicz
Scénario Joseph L. Mankiewicz
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1950
Durée 138 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ève (All about Eve) est un film américain de Joseph L. Mankiewicz sorti en 1950 et produit par la Twentieth Century Fox.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le prix Sarah Siddons va être attribué à la meilleure actrice de théâtre de l'année. Ève Harrington le gagne et toute l'assemblée l'applaudit, sauf deux femmes. Le film est un long flashback qui nous apprend « tout sur Ève ».

La légende de la scène théâtrale new-yorkaise, Margo Channing, reçoit dans sa loge une admiratrice, Ève, qui est venue à chaque représentation de la pièce en cours. Le fiancé de Margo, Bill Sampson, metteur en scène de la pièce, part le soir même travailler à Hollywood pour plusieurs semaines. Apitoyée par le destin tragique d'Ève, Margo la prend sous son aile comme secrétaire particulière. De fil en aiguille, Ève prend de plus en plus d'importance en devenant à la fois la sœur, la mère, l'amie, l'avocate et la gardienne de Margo. Au retour de Bill, éclate la première scène de jalousie de Margo car celui-là l'a négligée et s'est d'abord occupé d'Ève.

Une prochaine pièce est en préparation et Margo est évidemment pressentie pour le rôle principal bien qu'il s'agisse d'une femme d'une vingtaine d'années alors que Margo a 40 ans. Ève, envieuse d'un succès semblable à celui de son idole Margo, réussit à remplacer la doublure de cette dernière. Elle arrive à ses fins en allant donner la réplique à une jeune actrice lors d'une audition : on ne remarque qu'elle. Elle place ses pions, patiemment.

Comme Margo devient de plus en plus insupportable en raison de sa jalousie, sa meilleure amie Karen Richards, femme de Lloyd, auteur des pièces de théâtre interprétées par Margo, décide de lui jouer un tour. Au retour d'un week-end, Margo rate son train – pas par accident –, et ne peut pas jouer au théâtre. Ève la remplace. La presse est présente ce soir-là et, le lendemain dans les journaux, fait presque un triomphe à Ève. En particulier le redouté critique Addison DeWitt, qui publie une interview d'Ève critiquant les actrices plus âgées qui continuent à vouloir se cantonner dans des rôles de jeunes premières.

Des liens se créent entre Ève et DeWitt pendant que d'autres se désagrègent, entre Margo et Ève. Margo et Bill annoncent qu'ils vont se marier. Une sorte de chantage permet à Ève d'obtenir le rôle principal dans la nouvelle pièce de Lloyd. Ève fait ensuite tomber celui-ci dans ses griffes et informe même DeWitt qu'ils vont se marier. DeWitt, fasciné par Ève et soucieux de conserver l'influence qu'il exerce sur sa carrière, lui fait renoncer à ses projets. Quelques heures avant la grande première, il lui fait comprendre qu'elle lui « appartient », elle et sa carrière, qui ne font plus qu'une, car il a découvert des informations sur son passé et fait un chantage à son tour.

Ève gagne le prix Sarah-Siddons. Ce même soir, elle découvre chez elle une jeune actrice et admiratrice ; celle-ci commence à s'occuper des affaires d'Ève...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Autour du film[modifier | modifier le code]

Quelques remarques générales[modifier | modifier le code]

  • Le film a été produit par Darryl F. Zanuck.
  • Le prix Sarah-Siddons a été inventé pour les besoins du film mais des fous de théâtre de Chicago ont créé un prix du même nom en 1952 pour célébrer des acteurs venus sur les planches de cette ville. Sarah Siddons, elle, a bel et bien existé. Il s'agit d'une comédienne britannique née en 1755. Elle était considérée comme la plus grande tragédienne du XVIIIe siècle. Celeste Holm a gagné le prix 1967-1968. Bette Davis, bien que n'étant jamais montée sur les planches à Chicago, l'a reçu en 1973 de manière honorifique.
  • Bette Davis à propos d’Ève : « Dès le premier tour de manivelle aucun film ne me donna autant de satisfaction… Ce fut un grand film, dirigé par un grand metteur en scène, avec une distribution idéale… Après la projection, je pus dire à Joe (Joseph Mankiewicz), qu’il m’avait ressuscitée. »
  • Bette Davis et Gary Merrill sont tombés amoureux l'un(e) de l'autre pendant le tournage et se sont mariés en juillet 1950. Ils sont restés mariés pendant 10 ans.
  • Le message explicite du film est que pour réussir dans le milieu du spectacle au début des années 1950, il ne faut pas hésiter à mentir, être hypocrite, manipuler autrui, exercer des chantages, ainsi qu'avoir des relations sexuelles avec les critiques de théâtre et de cinéma, les producteurs ou les réalisateurs. Le film véhicule ainsi un message sur les pratiques très occultes mais réelles du milieu du spectacle.
  • Les critiques s'écoutent parler : le critique de théâtre DeWitt, lorsqu'il se présente au spectateur, indique « I am a critic and commentator. I am essential to the theater » (« Je suis critique et commentateur. Je suis essentiel au théâtre »).
  • Film référentiel : sont nommés dans le film les vraies personnalités de l'industrie du cinéma suivantes (chronologiquement) : Darryl F. Zanuck (producteur de Ève), Constantin Stanislavski (auteur de La Méthode), Tyrone Power, Gregory Peck, Cecil B. DeMille, Clark Gable (il y a dans l'histoire un jeu de mot avec un manteau de zibeline, sable en anglais ; en français, on a utilisé Errol Flynn), Barbara Stanwyck, Susan Hayward. Le dramaturge Arthur Miller (futur mari de Marilyn Monroe) est également mentionné.
  • Claudette Colbert aurait dû interpréter Margo Channing mais, en raison d'un mal de dos, fut remplacée par Bette Davis.

Citation[modifier | modifier le code]

Bette Davis à Celeste Holm :

« C'est si étrange une carrière de vedette, on jette par dessus bord un tas de choses dans l'espoir de grimper plus vite. On oublie qu'on n'en aura besoin quand on sera redevenue une femme. Car la seule carrière que les femmes ont toutes en commun, que cela nous plaise ou non, c'est d'être femme. Et tôt ou tard, il faut que nous y arrivions, quels que soient nos succès dans les autres carrières. Tout bien réfléchi, la seule chose qui compte dans notre vie, c'est que quand on lève la tête pendant le dîner ou quand on se réveille la nuit, il soit là. Sans cela, on n'est pas une femme. On est seulement une enseigne lumineuse sur une façade ou une photo célèbre dans le monde entier. Mais on n'est pas une femme. »

Marilyn Monroe[modifier | modifier le code]

Il s'agit du 7e film de Marilyn Monroe où elle se situe en 9e position du générique, à savoir un tout petit rôle :

  • apparition à la 43e minute au bras du critique DeWitt à une fête : elle est une starlette et rêve de se réaliser sur une scène de théâtre. Comme elle parle trop vite et sans réfléchir, vexant DeWitt, celui-ci l'envoie vers le producteur de théâtre Fabian, en n'oubliant pas de dénuder auparavant ses épaules...
  • Toujours à la fête, plusieurs personnes sont assises dans l'escalier et discutent. Marilyn se fait servir un verre par Fabian. DeWitt lui adresse alors un commentaire (finalement autant pour Miss Casswell que pour Marilyn) : « Well done. I can see your career rising in the east like the sun » (« Bien joué. Je vois ta carrière monter tel un soleil levant »). On apprend qu'elle a obtenu une audition.
  • Quelques semaines plus tard : après l'audition, Marilyn a dû aller se remettre de ses émotions aux toilettes. À noter qu'elle porte dans cette scène le même pull-over que dans The Fireball (1950) et Home Town Story (1951).

Elle aura joué avec les acteurs suivants dans Ève et

Récompenses[modifier | modifier le code]

Oscars[modifier | modifier le code]

Le film a reçu 14 nominations aux Oscars 1950 (attribués en 1951), ce qui n'a été égalé que par Titanic (1997), et en a gagné 6 :

Autres nominations:

  • Meilleur premier rôle féminin : Anne Baxter et Bette Davis
  • Meilleur second rôle féminin : Celeste Holm et Thelma Ritter
  • Meilleurs décors (films noir & blanc) : Lyle R. Wheeler, George W. Davis, Thomas Little et Walter M. Scott
  • Meilleure photographie (films noir & blanc) : Milton Krasner
  • Meilleur montage : Barbara McLean
  • Meilleure musique pour une comédie ou un drame : Alfred Newman.

N.B.: Les Oscars se nomment en réalité Academy Awards et sont distribués par l'Academy of Motion Picture Arts and Science (AMPAS) (Académie des arts et sciences du cinéma).

Prix divers[modifier | modifier le code]

  • 1950 : New York Film Critics Circle Awards (prix de la critique new-yorkaise) : meilleure actrice, Bette Davis; meilleur réalisateur, Joseph L. Mankiewicz; meilleur film.
  • 1951 : BAFTA awards (British Academy of Film and Television Arts Awards, prix de l'académie britannique des arts du cinéma et de la télévision) : meilleur film.
  • 1951 : Directors Guild of America (association des réalisateurs américains) : meilleur réalisateur, Joseph L. Mankiewicz.
  • 1951 : Festival de Cannes : meilleure actrice, Bette Davis ; prix spécial du jury, Joseph L. Mankiewicz.
  • 1951 : Golden Globes (globes d'or) : meilleur scénario, Joseph L. Mankiewicz.
  • 1951 : Writers Guild of America (association des scénaristes américains) : meilleure comédie américaine, Joseph L. Mankiewicz.
  • 1952 : Bodil awards (prix danois) : meilleur film, Joseph L. Mankiewicz.
  • 1952 : Kinema Junpo Awards (prix japonais) : meilleur film étranger, Joseph L. Mankiewicz.
  • 1952 : Sindacato Nazionale Giornalisti Cinematografici Italiani (syndicat national des critiques de cinéma italiens) : meilleure actrice, Bette Davis.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :