Ève (Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ève (homonymie).
Ève
L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Nanteuil-le-Haudouin
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Valois
Maire
Mandat
Marie-Agnès Champault
2014-2020
Code postal 60330
Code commune 60226
Démographie
Population
municipale
422 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 24″ N 2° 42′ 18″ E / 49.09, 2.705 ()49° 05′ 24″ Nord 2° 42′ 18″ Est / 49.09, 2.705 ()  
Altitude Min. 87 m – Max. 119 m
Superficie 10,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ève

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ève

Ève est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean-Luc Chartier    
mars 2014 en cours Marie-Agnès Champault    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 422 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
494 390 389 389 363 360 341 360 369
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
364 336 329 318 315 292 301 278 303
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
305 302 316 258 294 313 320 255 265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
314 289 276 354 456 467 433 425 426
2011 - - - - - - - -
422 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (55,4 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 44,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,1 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 25,4 %, 45 à 59 ans = 30,6 %, plus de 60 ans = 12,9 %) ;
  • 55,4 % de femmes (0 à 14 ans = 17,1 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 26,6 %).
Pyramide des âges à Ève en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
8,7 
5,7 
75 à 89 ans
10,4 
7,2 
60 à 74 ans
7,5 
30,6 
45 à 59 ans
20,0 
25,4 
30 à 44 ans
21,7 
15,0 
15 à 29 ans
14,6 
16,1 
0 à 14 ans
17,1 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Façade occidentale flamboyante.

Ève ne compte qu'un seul monument historique sur son territoire.

  • Église Notre-Dame (classée monument historique par liste de 1862 en ce qui concerne la tour ; classée en totalité par arrêté du 13 mars 1987[5]) : L'église se compose d'un vaisseau central de quatre travées, dont la dernière correspond au chœur, avec une partie droite et un chevet à pans coupés ; et de deux bas-côtés de trois travées chacun. Le clocher se situe dans la partie septentrionale de la première travée de la nef. Il est désaxé par rapport à la façade occidentale, ce qui s'explique par l'évolution de l'église. En effet, le clocher est initialement de style roman et date du milieu du XIIe siècle. Son second étage percé de deux baies abat-son plein cintre par face permet encore bien de le constater, alors que le premier étage ne subsiste que dans sa partie supérieure. Ce clocher est à l'origine une tour centrale se dressant au-dessus de la croisée du transept, ce qui change avec la démolition du transept et du chœur roman vers le milieu du XIIIe siècle. En effet, le nouveau chœur de deux travées est construit dans le prolongement du clocher et du croisillon sud, et un bas-côté est édifié au nord seulement, dans le prolongement du croisillon nord. Le clocher reçoit en même temps une belle flèche octogonale en pierre, flanquée de quatre pyramidons. Les surfaces sont décorées d'écailles, et les arêtes sont garnies de crochets. La nef romane est maintenue dans un premier temps, mais est endommagée pendant la guerre de Cent Ans. L'église est ensuite remaniée pendant la première moitié du XVIe siècle dans le style gothique flamboyant. Au lieu de rebâtir la nef à son emplacement d'origine, l'église est rallongée à l'est, en remplaçant le chevet plat initial par deux travées supplémentaires, dont la première est accompagnée de bas-côtés. Un bas-côté de trois travées est ajouté au sud. L'église reçoit alors sa physionomie actuelle et bénéficie d'une façade flamboyante très élaborée. Bien que dissymétrique, les fenêtres occidentales des bas-côtés présentent le même remplage, et les deux fenêtres de la nef répondent également toutes les deux au même schéma, avec une niche à statue sous un dais servant de meneau central. Le seuil de la baie de droite est situé un peu plus haut du fait de la présence de la porte en dessous, et la baie de gauche est surmontée directement par un oculus. Les contreforts de la façade sont toutes ornés de pinacles, et les contreforts d'angle au nord-ouest possèdent des niches à statues. Les murs sont entièrement couverts de réseaux flamboyants, avec des arcatures plaquées trilobées sur le clocher, et des arcatures plein cintre surmontées par des accolades ailleurs. Des accolades surmontent également les fenêtres, et sont peuplées de petits animaux fantastiques. Une tourelle d'escalier occupe l'angle nord-ouest de l'édifice. D'après la date de 1540 inscrit sur un vitrail, les travaux sont achevés en cette année. À l'intérieur, les chapiteaux et voûtes du milieu du XIIIe siècle subsistent toujours, et les parties de style gothique rayonnant et flamboyant cohabitent ainsi[6].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  3. « Évolution et structure de la population à Ève en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  4. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  5. « Notice no PA00114681 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Nanteuil-le-Haudouin, Beauvais, Conseil général de l'Oise / comité départemental du tourisme,‎ 1996, 32 p., p. 12-13.