Ève-Mary Thaï Thi Lac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ève-Mary Thaï Thi Lac
Fonctions
Députée de Saint-Hyacinthe—Bagot
17 septembre 20072 mai 2011
Prédécesseur Yvan Loubier
Successeur Marie-Claude Morin
Biographie
Date de naissance 6 février 1972 (43 ans)
Lieu de naissance Viêt Nam
Parti politique Bloc québécois

Ève-Mary Thaï Thi Lac, née le 6 février 1972 au Viêt Nam[1], est une femme politique. Ancienne députée du Bloc québécois. Elle fut élue à la Chambre des communes du Canada le 17 septembre 2007 lors d'une élection partielle dans la circonscription de Saint-Hyacinthe—Bagot et réélue à l'élection générale de 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mme Thi Lac fut adoptée à l'âge de deux ans par une famille québécoise[2]. Elle a fait des études de 1er cycle en criminologie ainsi qu'en relations interethniques, puis s'est spécialisée en droit de l'immigration[3] et au 2e cycle en administration publique régionale[4]. Avant l'élection partielle de 2007, elle occupait les fonctions d'adjointe principale au bureau de circonscription de son prédécesseur, Yvan Loubier depuis 1994.

Ayant été élue dans une circonscription où le moteur économique était l'agriculture, avoir comme grand-père un agronome et avoir séjourné sur une ferme furent des atouts majeurs à sa connaissances des enjeux liés au monde agricole. Tout au long de sa carrière politique on lui remémora sa déclaration «Je sais castrer des cochons»[2]. À cette époque elle a été en couple avec Claude Guimond, agriculteur, jadis président régional du Bas St-Laurent de la fédération de UPA et ancien député bloquiste de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques[5].

Ève-Mary Thaï Thi Lac est la première personne d'origine vietnamienne élue à la Chambre des communes du Canada[6]. Unique parlementaire de confession bouddhiste, elle a eu le privilège d'être reçue en audition privée par le Dalaï-Lama lors de son passage au parlement du Canada en 2007.

Ardente militante, elle prend part depuis plus de 20 ans à de nombreux combats sociales et politiques, tout particulièrement, celui de l'indépendance du Québec. Elle avait été très offensée par les propos xénophobes de la sénatrice Andrée Champagne à son égard[7]. Elle tente de sensibiliser principalement les personnes issus de l'immigration ainsi que les femmes de s'investir activement en politique.

Depuis sa défaite aux élections de 2011, elle a été jusqu'en novembre 2013, l'attachée principale de Jean-François Fortin, député bloquiste de Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia[8]. De novembre 2013 jusqu'à la défaite électorale du gouvernement du Parti Québécois en avril 2014, elle a été l'attachée politique [9] du ministre délégué du Tourisme du Québec, Pascal Bérubé. Depuis juillet 2014, elle occupe la fonction d'agente de développement local [10]de la municipalité de Massueville.

Elle partage désormais sa vie avec l'ex-député péquiste et ancien ministre de l'environnement Daniel Breton. Ils habitent la municipalité de La Présentation devenue célèbre pour sa lutte contre les gaz de schiste[11].

En août 2014, son conjoint réussit à la convertir à la conduite d'un véhicule 100% électrique . Reconnue comme étant épicurienne, Mme Thi Lac est une passionnée des voyages culturelles. Férue d'aventure, elle est une adepte de planche aérotractée (Kite surfing). On lui connaît une affection particulière pour Méo, son caniche tiny-toy.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Ève-Mary Thaï Thi Lac a été élue pour la première fois aux Communes dans la circonscription de Saint-Hyacinthe—Bagot, au Québec, lors de l'élection fédérale partielle du 17 septembre 2007. Elle a récolté 42 % des voix, contre 37,5 % pour Bernard Barré, du Parti conservateur[12].

Lors de l'élection générale de 2008, elle a été réélue dans la même circonscription avec 47 % des voix, contre 21 % pour son plus proche rival, René Vincelette du Parti conservateur.

Elle fut défaite par la néo-démocrate Marie-Claude Morin lors des élections de 2011.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]