Çobanoğulları

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Çobanoğulları[1] parfois écrit Chobanogullari forment une petite dynastie beylicale qui a régné sur Kastamonu et sa région de 1225 environ, jusqu’en 1291 où ils sont supplantés par les Jandarides (Candaroğulları).

Histoire[modifier | modifier le code]

Hüsameddin Çoban[modifier | modifier le code]

Hüsameddin[2] Çoban[3] est semble-t-il issu de la tribu oghouze des Kayı qui demeura un temps à Ahlat près de Van puis passa dans la région d’Erzincan[4]. Çoban se met au service du sultan seldjoukide de Roum `Izz al-Dîn Kay Kâwus Ier puis de son fils `Alâ' al-Dîn Kay Qubadh Ier. Auparavant, Çoban avait mené des incursions dans le Nord de l’Anatolie qui ont permis l’extension du territoire des Seldjoukides aux dépens des Byzantins et de l’Empire de Trébizonde. Çoban devient gouverneur de Kastamonu vers 1211. Il est chargé de mener une expédition contre la Crimée (1225 ou 1227). Cette expédition est victorieuse et pour le remercier de ce succès il se voit attribuer Kastamonu comme fief[5].

En 1230, lors de la bataille de Yassı Çemen, entre le sultan seldjoukide Kay Qubadh Ier et le dernier chah du Khwarezm (Khwârazm-Shahs) Celaleddin Harzem-Şah, la tribu des Kayı prit place dans les rangs de l’armée seldjoukide.

Les successeurs[modifier | modifier le code]

Après la mort Hüsameddin Çoban, son fils Alp Yürek[6] lui succède. Le 26 juin 1243, la défaite du sultan de Roum Kay Khusraw II et de ses alliés à la Bataille de Köse Dağ) contre et le général mongol Baïdju, marque début de la décomposition du sultanat de Roum. Le sultanat devient vassal des Ilkhanides. Çoban se trouve mêlé aux querelles qui opposent les fils de Kay Khusraw II. Il prend le parti de Kılıç Arslan IV qui parvient à réunifier le sultanat sous son autorité mais reste le vassal des Mongols (1261)[7].

En 1284[8], Muzafferüddin[9] Yavlak Arslan[10] succède à son père Alp Yürek. Il est toujours vassal des Seldjoukides et des Ilkhanides. L’Ilkhanide Ghaykhatou envoie une armée mongole et seldjoukide, commandée par Masud II et le vizir Necmeddin contre Kastamonu. Yavlak Arslan meurt au cours de cette guerre (1292) [7]. Masud II confie la région de Kastamonu à Şemseddin Demir Yaman Candar bien que celle-ci soit sous le contrôle des Çobanoğulları dont il devient le suzerain (1291)[11].

Nasıreddin[12] Mahmud succède à son père malgré Yaman Candar (1292). En 1298, le sultan Masud II se rend à Tabriz, la capitale des Mongols, pour y demander de l'aide afin de reprendre le contrôle des Turkmènes qui continuent à s'installer en Anatolie[13]. Masud est destitué, semble-t-il victime de la vengeance d'un de ses émirs dont il a fait tuer le père[14]. Masud retrouve son titre de sultan de Roum 1303[15]. En 1304, l'Ilkhan Muhammed Kharbenach Oldjeïtou succède à son frère Ghazan Mahmud. À la mort de Masud II le sultanat de Roum disparaît complètement (1307)[15]. Nasıreddin Mahmud finit par imposer son autorité sur Kastamonu au cours d’un raid armé mené par son fils Şücaeddin Süleyman en 1309.

La dynastie[modifier | modifier le code]

Carte des beylicats d’Anatolie formés après la Bataille de Köse Dağ (26 juin 1243).
Dates[16] Nom Nom turc Fils de  
1227- ? Husâm al-Dîn Choban Hüsameddin Çoban   Eponyme et fondateur du beylicat à Kastamonu.
 ? -1284[8] Alp Yürek Alp Yürek Çoban  
1284[8]-1292 Muzaffar al-Dîn Yavlak Arslan Muzafferüddin Yavlak Arslan Alp Yürek  
1292-1320 Nâsir al-Dîn Mahmûd Nasıreddin Mahmud Yavlak Arslan  
1320 Annexion au beylicat des Jandarides (Candaroğulları).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe : Époque des beylicats.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Çobanoğulları forme plurielle turque de Çobanoğlu : fils de Çoban.
  2. Hüsameddin ou Hüsamüddin en arabe : Husâm al-Dîn, ḥusām al-dīn, حسام الدين, épée de la religion.
  3. Çoban en turc : berger, prononcé tchoban.
  4. « Empire Ottoman », sur Fransa Türk Federasyon
  5. (en) Clifford Edmund Bosworth, op. cit. (lire en ligne), « The Chobân Oghullari », p. 231
  6. Alp Yürek du turc : alp, héros et yürek, audacieux ; courageux.
  7. a et b (en) « Cobanogullari Principality »
  8. a, b et c Avant 1280 d’après (en) Clifford Edmund Bosworth, op. cit. (lire en ligne), « The Chobân Oghullari », p. 231
  9. Muzaffereddin ou Muzafferüddin en arabe : Muzaffar al-Dîn, muẓaffar al-dīn, مظفّر الدين, triomphe de la religion.
  10. Yavlak Arslan en turc : arslan/aslan, lion, et yavlak, effrayant.
  11. (en) J. H. Mordtmann, op. cit. (lire en ligne), « Isfendiyār oghlu », p. 217
  12. Nasıreddin en arabe : Nâsir al-Dîn, nāṣir al-dīn, ناصرالدين, défenseur de la religion.
  13. (en) Encyclopædia Britannica 2007 Ultimate Reference Suite, Chicago, Encyclopædia Britannica,‎ 2008, « Anatolia »
  14. (en) « Encyclopædia Britannica », Seljuks Seljoks,‎ 1911
  15. a et b (en) Charles Cawley, « West Asia & North Africa », Chapter 2. Asia Minor. Seljukid Sultans of Rum, Foundation for Medieval Genealogy,‎ 2006-07
  16. Liste établie d’après :