Æthelheard de Wessex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Æthelhard.
Æthelheard
Titre
Roi du Wessex
726740
Prédécesseur Ina
Successeur Cuthred
Biographie
Conjoint Frithugyth

Æthelheard ou Ethelheard est roi du Wessex de 726 à sa mort, en 740.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peut-être Æthelheard (dont le nom signifie noble et sévère) était-il le beau-frère de son prédécesseur Ina, mais ses ancêtres sont inconnus. C'est peut-être le premier roi du Wessex qui ne soit pas un descendant de Cynric.

Quand le roi Ina abdique et part à Rome en 726, il ne laisse pas d'instructions particulières et, d'après Bède, laisse simplement son royaume « aux hommes plus jeunes »[1]. Après son départ, le trône du Wessex est disputé entre Æthelheard et un autre prétendant, Oswald. Oswald semble avoir les meilleurs arguments, vu que la Chronique anglo-saxonne le considère comme un descendant du roi Ceawlin, roi du Wessex durant le VIe siècle[2], mais Æthelheard l'emporte. Il est possible que sa victoire soit due à l'aide d'Æthelbald de Mercie, qui gouverne le plus puissant royaume anglo-saxon de l'époque. Cependant, le manque d'indépendance d'Æthelheard ne semble pas avoir empêché Æthelbald de prendre, en 733, une part considérable du territoire du Wessex, incluant le manoir royal de Somerton (Somerset) et d'accorder des terres dans le nord du Somerset et le Wiltshire. Oswald meurt vers 730.

Son épouse Frithugyth est mentionnée dans la Chronique, pour un pèlerinage qu'elle fait à Rome, en 737, en compagnie de l'évêque Forthhere (en). Aethelheard meurt en 740. Cuthred, qui est peut-être son frère, ou un parent, lui succède alors sur le trône.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frank Stenton, Anglo-Saxon England, p. 72 et 73, 1943, rééd. 1971, Oxford 1998.
  2. Anglo-Saxon Chronicle, manuscrit A, 728.

Référence[modifier | modifier le code]

  • G. H. Wheeler, « The Genealogy of the Early West Saxon Kings », dans English Historical Review, vol. 36, n° 142, avril 1921, p. 161 à 171.
  • A. H. Krappe, « An English Version of the Ploughman King », dans The Journal of English and Germanic Philology, vol. 48, n° 1, janvier 1949, p. 108 à 111 .