Ælfgar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ælfgar (v. 1030-1062) était le fils de Léofric, comte de Mercie, peut-être par sa célèbre épouse Godgifu (Godiva), mais plus vraisemblablement d'un mariage antérieur. Il succéda à son père à la mort de ce dernier, en 1057.

En 1051, l'exil du comte Godwin de Wessex et de ses fils profita à Ælfgar, qui reçut le comté d'Est-Anglie, qui avait appartenu à Harold, le fils de Godwin. Celui-ci et le roi Édouard le Confesseur se réconcilièrent l'année suivante, et Harold récupéra son comté, mais pas pour longtemps : à Pâques 1053, Godwin mourut, et Harold devint comte de Wessex. Le comté d'Est-Anglie repassa alors à Ælfgar, nous apprend la Chronique anglo-saxonne.

Ælfgar semble avoir appris les méthodes qu'employait Godwin pour faire pression sur le roi Édouard. Lorsqu'il fut lui-même exilé, en 1055, il leva une flotte de 18 navires en Irlande et se tourna vers le Pays de Galles, où le roi Gruffydd accepta de se joindre à lui contre Édouard. Ils se heurtèrent à l'armée du comte de Herefordshire, Ralph le Timide, à deux miles de Hereford, le 24 octobre. Le comte et ses hommes s'enfuirent, et Gruffyd et Ælfgar les pourchassèrent, puis se vengèrent sur Hereford, qu'ils pillèrent et incendièrent. Édouard leva alors une armée et mit Harold à sa tête. Face à cette menace, Ælfgar et Gruffyd battirent en retraite dans le sud du Pays de Galles. La querelle fut finalement résolue diplomatiquement, et Ælfgar récupéra son comté[1].

Le successeur d'Ælfgar à la tête de la Mercie fut son fils aîné Edwin (ou Eadwine). Son deuxième fils, Morcar (ou Morkere), fut élu comte de Northumbrie lorsque Tostig Godwinson fut chassé par les Northumbriens. Sa fille Edith (Aldgyth) épousa en premières noces le prince gallois Gruffyd (tué en 1063), et en secondes noces, en 1066, Harold Godwinson (tué à Hastings la même année). Elle eut des enfants de ses deux mariages.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ælfgar » (voir la liste des auteurs).

  1. The Chronicle of John of Worcester, éd. et trad. R. R. Darlington, P. McGurk et J. Bray, Clarendon Press, Oxford, 1995, p. 576–579.