Âme du Christ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Âme du Christ (dont le titre original latin est Anima Christi) est une prière chrétienne adressée à Jésus-Christ. Composée au XIVe siècle ou auparavant elle cherche à obtenir une union mystique intense à la personne du Christ et fait ainsi partie des prières d'action de grâce suivant la réception du corps eucharistique du Christ (la « communion »).

Origine et auteur[modifier | modifier le code]

Son origine est ancienne. Un manuscrit du British Museum datant probablement de l’an 1370 contient cette prière sous une forme à peine différente du texte usité aujourd’hui[1] Elle a aussi été trouvée dans l'Alcazar de Séville, à l'époque de Pierre le Cruel.

Elle fut attribuée diversement au franciscain Bernardin de Feltre, à Saint Thomas d’Aquin et au pape Jean XXII. Ce dernier, lui attribuant 3000 jours d’indulgences, contribua à sa popularité. Rien ne fut prouvé de manière définitive. L’auteur de l’Anima Christi reste inconnu.

Saint Ignace de Loyola[modifier | modifier le code]

L’Anima Christi eut un nouvelle diffusion et gain de popularité à partir du XVIe siècle, car elle est explicitement mentionnée dans les Exercices Spirituels de saint Ignace de Loyola. Après avoir donné des indications sur la manière de contempler (durant une heure) le sens des mots d’une prière donnée, il invite le retraitant à conclure en « récitant l’Ave Maria, le Credo, l’Anima Christi et le Salve Regina, vocalement ou mentalement, de la façon habituelle »[2]. En même temps que l’Ave Maria et le Pater Noster elle est fréquemment suggérée dans les « colloques » des Exercices spirituels.

Saint Ignace estime la prière aussi connue et familière que l’Ave Maria ou le Salve Regina car, dans les premières éditions des Exercices Spirituels, il n’en donne même pas le texte complet. Dans des éditions ultérieures le texte des quatre prières plus usuelles sera donné en appendice au livret des Exercices.

Sens et portée de la prière[modifier | modifier le code]

Les paroles de la prière sont comme un écho aux paroles bibliques: «Que le Dieu de paix lui-même vous sanctifie totalement, et que votre esprit, votre âme et votre corps soient parfaitement gardés pour être irréprochables lors de la venue de Notre-Seigneur Jésus-Christ» (1 Th. 5:23). Le catéchisme de l'Église catholique dit à propos de l'âme qu'elle est unie au corps au point d'en former un tout avec celui-ci. Le sens du mot « âme » se rapproche de celui du mot « cœur ».

Celui qui la prie demande à Jésus de le sanctifier, de le sauver, de l'enivrer, de le laver, de le fortifier, de l'exaucer, d’être attiré par lui, de le cacher, de rester avec lui, en un mot : d’être uni et de ne faire plus qu’un avec Lui. Cette énumération rejoint des termes employés dans la liturgie eucharistique: âme, corps, eau, sang, passion.

Diffusion[modifier | modifier le code]

Le texte de la prière[modifier | modifier le code]

Français[modifier | modifier le code]

Âme du Christ, sanctifie-moi,
Corps du Christ, sauve-moi,
Sang du Christ, enivre-moi,
Eau du côté du Christ, lave-moi,
Passion du Christ, fortifie-moi.
Ô bon Jésus, exauce-moi.
Dans tes blessures, cache-moi.
Ne permets pas que je sois séparé de toi.
De l’ennemi défends-moi.
À ma mort appelle-moi.
Ordonne-moi de venir à toi,
Pour qu’avec tes saints je te loue,
Dans les siècles des siècles, Amen[4].

Latin[modifier | modifier le code]

Anima Christi, sanctifica me.
Corpus Christi, salva me.
Sanguis Christi, inebria me.
Aqua lateris Christi, lava me.
Passio Christi, conforta me.
O bone Jesu, exaudi me.
Intra tua vulnera absconde me.
Ne permittas me separari a te.
Ab hoste maligno defende me.
In hora mortis meae voca me,
Et jube me venire ad te,
Ut cum Sanctis tuis laudem te
In saecula saeculorum.
Amen.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • V. Baesten (et al.): Quel est l'auteur de la prière 'Anima Christi'?, Enghien, 1914, 56p.
  • Marcel Viller : Aux origines de la prière ‘Anima Christi’, dans Revue d’Ascétique et de Mystique, vol. 11 (1930), pp.208-209.
  • François Charmot : Jésus prêtre ; la prière Anima Christi, Paris, Ed. Guy Victor, 1961.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le manuscrit fut retrouvé par James Mearns, un hymnologue britannique.
  2. Ex.Spir. N°253
  3. François Charmot : Jésus prêtre, la prière ‘Anima Christi’, Paris, 1961, p.1
  4. Texte français.

Liens externes[modifier | modifier le code]