Âge d'or islamique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Le palais de l’Alhambra à Grenade (Espagne).

L’Âge d’or islamique est traditionnellement daté entre le milieu du VIIIe siècle et le milieu du XIIIe siècle[1],[2]. Durant cette période, les artistes, ingénieurs, érudits, poètes, philosophes, géographes et commerçants du monde islamique ont fortement contribué à l'agriculture, aux arts, à l'économie, à l'industrie, au droit, à la littérature, à la navigation, à la philosophie, aux sciences, à la sociologie et aux technologies. La civilisation islamique, qui s'appropria d'abord l'héritage des mondes méditerranéen et indien antiques, développa en l'espace de quelques décennies à partir de 850 une culture originale, unifiée par la langue arabe, le commerce et la religion. Présente sur trois continents, elle s'épanouit sur un espace extrêmement vaste et joua ainsi un rôle crucial dans le maintien et la diffusion de la numération de position, des connaissances géographiques et astronomiques, et enfin des œuvres philosophiques de l'Antiquité[3]. Howard R. Turner écrit : « Les artistes et scientifiques musulmans, les princes et les travailleurs ont fabriqué ensemble une culture unique qui a directement et indirectement influencé les sociétés sur les autres continents. »[3]

Historiographie[modifier | modifier le code]

Le terme même de « civilisation islamique » est mis en cause par certains chercheurs, comme l’historien iranien Shodja-e-din Shafa qui, dans deux livres polémiques intitulés Renaissance (en perse: تولدى ديگر) et Après quatorze siècles (en perse: پس از 1400 سال), s’interroge sur la pertinence d’expressions comme « science islamique ». Shafa estime que, s'il est vrai que la religion a servi de ciment pour presque tous les empires anciens et leur a permis de fonder leur autorité, elle ne se définit pas par des traits qui justifieraient d'attribuer à ses pratiques cultuelles le développement particulier des sciences, des techniques et des arts. Divers empires historiques ont adopté une religion officielle, sans que, pour autant, la science et les arts qui s'y épanouirent soient attribués à la religion en question. D'ailleurs, le Bas-Empire romain, l’Empire byzantin et tous les empires européens ultérieurs, quoique chrétiens et se proclamant tels, ne sont pas considérés comme une seule et même civilisation.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines : à la croisée des routes commerciales[modifier | modifier le code]

La Grande Mosquée de Kairouan (en Tunisie), fondée en 670 mais dont l'état actuel remonte au IXe siècle, est parmi les œuvres architecturales représentatives de l'âge d'or islamique.

Bernard Lewis estime que les monarchies islamiques ont hérité « des connaissances et savoir-faire du Moyen-Orient, de la Grèce et de la Perse. À cela, les musulmans ont ajouté des savoirs de civilisations médiévales étrangères, comme la fabrication du papier, empruntée aux Chinois et l’écriture décimale positionnelle, empruntée aux Indiens[4] ».

L'âge d'or islamique a commencé avec la traduction des œuvres scientifiques d’origines grecque, indienne, persane et syriaque en arabe, à partir de la fin du VIIIe siècle, grâce au calife abbasside Al-Mansur (Abbasside), fondateur de Bagdad. Il s'est poursuivi avec la création des Maisons de la sagesse (Beit Al-Hikma). La première de ces institutions a été fondée à Bagdad en 832 par le calife Al-Ma’mūn. Les foyers d’étude et d’échange étaient nombreux : outre Bagdad, il y avait Cordoue, Le Caire, Damas, Grenade, Boukhara, Chiraz, Ispahan, Samarkande, Fès[5]

Les savoirs que les peuples musulmans ont rassemblés puis fait fructifier au Moyen Âge sont liés à des degrés divers à la géographie. Du reste, dès avant l’Hégire, La Mecque était un important carrefour commercial d’Arabie et Mahomet lui-même était un négociant. Avec la tradition du pèlerinage à la Mecque, ce sanctuaire devint un lieu d'échange de marchandises aussi bien que d’idées. L’influence des marchands musulmans dans les villes et villages disséminés le long des routes de commerce sahariennes et asiatiques était extrêmement importante. Ainsi, c'est par l'économie marchande que la civilisation islamique se développa et s'étendit, au contraire des monarchies chrétiennes, indiennes et chinoises dont les sociétés étaient dominées par une noblesse détenant le monopole de la propriété foncière. Les marchands colportèrent ainsi leur foi jusqu'en Chine (avec pour conséquence un nombre significatif de musulmans chinois, estimé à 37 millions de fidèles principalement Ouïghours, peuple turkmène dont le territoire avait été annexé à la Chine), en Inde, en Asie du Sud-Est, et dans les royaumes d'Afrique de l'Ouest. De toutes ces contrées, ils ramenèrent aussi des inventions.

L'invasion mongole et le déclin[modifier | modifier le code]

Si les Croisades avaient déjà accablé le monde musulman aux XIe et XIIe siècles, un fléau bien plus terrible s'abattit au cours du XIIIe siècle : en 1206, Genghis Khan porta à la tête des Mongols d’Asie centrale une dynastie puissante. Au cours des décennies suivantes, l'Empire mongol conquit la plus grande partie de l'Eurasie, dont la Chine à l'Est et l'essentiel de l'ancien califat (ainsi que le territoire des Rus' de Kiev) à l'Ouest. Les historiens adoptent traditionnellement la destruction de Bagdad par les hordes de Hulagu Khan en 1258 comme date de la fin de l’Âge d'or[6]. Les chefs mongols postérieurs, tels Tamerlan, détruisirent des dizaines de villes, massacrèrent des centaines de milliers d'hommes, et ruinèrent à jamais les systèmes d'irrigation antiques de Mésopotamie. Les Musulmans des terres conquises par les Mongols devaient dorénavant se prosterner vers le nord-est et la route de la soie, plutôt que vers La Mecque.

La plupart des tribus mongoles établies au Moyen-Orient finirent par se convertir à l’Islam et s'assimilèrent aux turkmènes. L’Empire ottoman finit par renaître de ses cendres, mais l'âge d'or était révolu.

Les causes du déclin : une question polémique[modifier | modifier le code]

Les routes commerciales antiques, que les marchands arabes avaient réactivées, furent victimes des conquérants Croisés, Mongols et des colons Portugais. Selon Ibn Khaldoun, ces invasions ont ainsi ruiné les économies des monarchies arabes et favorisé la généralisation du brigandage et de la piraterie.

S'il n'y a pas d'accord chez les historiens sur les causes précises du déclin de la civilisation islamique médiévale, tous reconnaissent que, par delà les destructions de bibliothèques et de madrassas par les conquérants mongols et les Croisés, l'instabilité politique et la primauté donnée à la tradition (taqlīd) aux dépens de l’ijtihad (libre-arbitre) au XIIe siècle, ont mis un terme au dynamisme des sociétés islamiques. Ahmad Y. Hassan rejette la thèse d’une carence de la pensée créative, car selon lui la science dans l’Islam demeurait à ce moment séparée des débats religieux ; il voit plutôt dans les difficultés économiques et politiques décrites par Ibn Khaldoun la cause du déclin[2].

Les arts de l'Islam[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Arts de l'Islam.

Arts graphiques[modifier | modifier le code]

L’enluminure bénéficiait d'une large considération et l'art de la miniature prit un développement remarquable en Perse. La calligraphie, branche à part entière de l’écriture arabe, orne aussi bien les manuscrits que les édifices. Son émergence s'explique par un interdit religieux de l'Islam : la représentation des êtres humains.

L'usage du papier, venu de Chine, gagna le monde musulman au VIIIe siècle, puis l'Espagne (et de là le reste de l’Europe) au Xe siècle. Plus simple à produire que le parchemin, moins sujet aux déchirures que le papyrus, il pouvait fixer l'encre, et permit la diffusion de copies du Coran. Selon Jonathan M. Bloom[7], « Les fabricants de papier de l'Islam développèrent des ateliers de copistes spécialisés multipliant les éditions à un rythme très longtemps supérieur à celui des scriptoriums européens[8] ».

Table marquetée et lambrissée de 1560.

Enfin c'est par le monde musulman que le reste du monde apprit comment fabriquer du papier à partir de chiffon de lin[9].

Arts du feu[modifier | modifier le code]

L’âge d'or de l’art islamique, qui s'étale entre 750 et le XVIe siècle, coïncide avec la floraison des arts du feu : céramique émaillée, verre, métallurgie fine (damasquinage) ; celle de l’enluminure, de l’ébénisterie ainsi qu'avec un renouveau de l'art textile (soie, gaze).

Architecture et ingénierie[modifier | modifier le code]

L'état actuel de la Grande Mosquée de Kairouan (ou mosquée d’Oqba, en Tunisie), fondée en 670, remonte au IXe siècle ; c’est l’un des chefs-d’œuvre de l’architecture islamique[10].
La mosquée bleue, à Istamboul
Reconstitution isométrique au scanner tridimensionnel de la grande porte de Bab al-Barqiyya sur les remparts des Ayyoubides (XIIe siècle). Cette porte fortifiée comprend plusieurs enceintes enchâssées les unes dans les autres afin d'assurer une sécurité très supérieure aux autres citadelles de l'époque.
Article détaillé : Architecture islamique.

La Grande Mosquée de Kairouan (en Tunisie), l’ancêtre de toutes les mosquées du Maghreb[11], est l'une des mieux préservées et un des meilleurs exemples des grandes mosquées des débuts de l'Islam. Édifiée en 670, ses contours actuels sont pour l'essentiel ceux de la reconstruction du IXe siècle[12]. Elle comporte un minaret carré à trois niveaux, une vaste cour entourée de portiques à colonnades et une gigantesque salle de prière à hypostyle couverte dans sa partie centrale de deux coupoles[11].

La Grande Mosquée de Samarra, en Irak, fut achevée en 847. Elle combine un hypostyle ou des rangées de colonnes viennent supporter un plancher sur lequel se dresse un énorme minaret en spirale.

Les Maures inaugurèrent l’architecture islamique d'Espagne et d’Afrique du Nord en 785 avec la construction de la Grande mosquée de Cordoue. Cette mosque se signale par les arcs intérieurs. L’architecture mauresque atteignit son apogée avec la construction de l’Alhambra, le magnifique palais-forteresse de Grenade, avec ses espaces intérieurs aérés décorés de fresques rouges, bleues et dorées. Les murs sont ornés de motifs végétaux stylisés, d’inscriptions en arabe, d’arabesques, et sont couverts de carreaux faïencés.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Originaire d’Al-Andalus, Averroès est l'une des sources de la pensée profane dans l’Occident chrétien médiéval.
Article détaillé : Philosophie islamique.

Quoiqu'il fût difficile aux penseurs musulmans d'exprimer des idées originales en philosophie, Averroès et l’érudit persan Ibn Sina préservèrent les œuvres d’Aristote, dont les idées imprégnèrent peu à peu la pensée profane des mondes musulmans et chrétiens. Ces deux savants compilèrent aussi certaines idées venues de Chine et de l’Inde, non sans y ajouter leurs propres réflexions. Ibn Sina et d'autres penseurs comme al-Kindi et al-Farabi combinèrent Aristotélisme et Néoplatonisme aux philosophies nées de l'Islam.

La littérature philosophique arabe fut à son tour traduite en Latin et en ladino, et se trouve ainsi aux origines de la philosophie européenne moderne. L’historien médiéval Ibn Khaldoun, le traducteur des sources médicales grecques Constantin l'Africain de Carthage, et le traducteur Al-Khawarizmi qui compila les techniques mathématiques grecques et indiennes, sont parmi les plus importantes figures de l’Âge d'or. En cette période, la terre d'Islam vit aussi l'éclosion de penseurs non-musulmans tels le philosophe juif Moïse Maïmonide, qui vivait en Andalousie.

Sciences et techniques[modifier | modifier le code]

L’art du carrelage girih, qui consiste à former des motifs en quasi-cristaux, illustre les rapports entre l'art islamique médiéval et les sciences.

Mathématiques et astronomie[modifier | modifier le code]

L'Âge d'or de l’Islam vit l’éclosion de plusieurs grands savants arabes. À ces hommes, la civilisation est redevable du développement de la trigonométrie sous sa forme moderne (notamment la systématisation de l’emploi de tables, ou zij pour calculer les phases de la Lune), avancées en optique (tabulation des angles de réfraction, développement de la catoptrique) et en astronomie. Le calcul du jour où le croissant lunaire recommence à devenir visible constituait un redoutable défi pour les savants arabes. Bien qu'en effet la théorie de Ptolémée du mouvement composé de la lune soit assez exacte à l'époque de la nouvelle lune, elle ne donne la trajectoire de la lune que par rapport au cercle de l’écliptique. Pour prédire quel jour la lune commence à redevenir visible, il fallait pouvoir décrire son mouvement par rapport à l’horizon, un problème dont la résolution appartient à une géométrie sphérique assez sophistiquée.

À partir du VIIIe siècle, les savants musulmans se mirent à traduire un grand nombre d'écrits sanskrits et pehlevis en arabe. La plus célèbre de ces traductions est celle du Surya Siddhanta et des livres de Brahmagupta, parue en 777 sous le titre Zij al-Sindhind[13], et due à la plume de Muhammad al-Fazari et de Yaqūb ibn Tāriq.

Des fragments de cette période témoignent de l’adoption par les Arabes des tables de sinus (héritées des mathématiques indiennes) de préférence aux tables des cordes employées par les astronomes grecs[14].

L’intérêt des Arabes pour l’astronomie a cru parallèlement à celui pour les mathématiques. De ce point de vue, le rôle joué par l’Almageste (composé vers l’an 150) de l’astronome alexandrin Ptolémée (vers 100 - 178) est exemplaire. L’Almageste a effectivement fait date en astronomie, rassemblant, à l’instar des Éléments d’Euclide pour la géométrie, toutes les connaissances contemporaines de leur auteur. Les Arabes l’intitulèrent Le Très Grand, ajoutant au superlatif grec megiste (« Très Grand ») l’article défini arabe al- : ainsi l’ouvrage a-t-il été transmis à l’Occident latin sous le titre d’Almageste[15].

Médecine[modifier | modifier le code]

L’œil humain d'après Hunayn ibn Ishaq. Tiré d'un manuscrit daté autour de 1200.

La médecine occupe une place centrale dans la culture médiévale islamique. S'adaptant aux spécificités des époques et des lieux, les médecins et les savants arabes ont produit un corpus médical considérable, embrassant aussi bien la théorie que la pratique.

La médecine arabe est fondée sur la tradition, c'est-à-dire essentiellement les connaissances théoriques et pratiques léguées par les Grecs, les Romains et les Perses. Aux yeux des savants de l’Islam, Galien et Hippocrate étaient l’autorité suprême en matière de médecine, suivis des savants de l’Alexandrie hellénistique. Les savants arabes traduisirent ces textes dans leur langue puis ajoutèrent de nouvelles connaissances. Pour rendre la tradition grecque plus accessible, compréhensible et assimilable, ils ordonnèrent le corpus médical gréco-romain foisonnant et parfois contradictoire, en composant des encyclopédies et des abrégés.

Dans l'Europe carolingienne, le savoir païen des Grecs et des Romains était suspect d'hérésie, et ce n’est que par les traductions latines du XIIe siècle depuis l’arabe qu’elle put redécouvrir la médecine hellénistique, y compris les écrits de Galien et d’Hippocrate. Des encyclopédies comme le Canon d’Avicenne, traduit en latin puis diffusé sous forme de manuscrits, eut peut-être une influence encore supérieure. Pour les seuls XVe et XVIe siècles, le Canon Médical connut plus de trente-cinq ré-éditions[16].

Dans le monde arabe, les grandes villes possédaient leur hôpital ; ainsi l’hôpital Qalawun du Caire, qui employait un personnel nombreux de médecins, de pharmaciens et d’infirmiers.

Commerce et transports[modifier | modifier le code]

Mappemonde synoptique en frontispice de l'atlas mondial d’al-Idrisi (1154) ; notez que le Sud est en haut de la carte.

Hormis les grands fleuves comme le Nil, le Tigre et l’Euphrate, les rivières des pays d’Islam étaient rarement navigables, et le transport maritime devenait d’autant plus important. Les techniques de navigation étaient donc particulièrement développées, et s’appuyaient sur l’usage d’un ancêtre du sextant (appelé kamal). En conjonction avec les cartes de l’époque, les marins étaient capables de traverser l’océan Indien sans devoir caboter. Les armateurs musulmans ont remis en usage les grands cargos trois-mâts en Méditerranée. Le terme de « caravelle » proviendrait du nom d'un type de navire arabe, le qārib[17], sorte de boutre[18],[19].

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Matthew E. Falagas, Effie A. Zarkadoulia et George Samonis, « Arab science in the golden age (750–1258 C.E.) and today », The Federation of American Societies for Experimental Biology Journal, no 20,‎ 2006, p. 1581–1586.
  2. a et b Ahmad Y Hassan, Factors Behind the Decline of Islamic Science After the Sixteenth Century
  3. a et b (en) Howard R. Turner, Science in Medieval Islam, University of Texas Press,‎ 1997 (ISBN 0-292-78149-0), p. 270.
  4. D'après Bernard Lewis, What Went Wrong?: Western Impact and Middle Eastern Response, Oxford University Press Inc.,‎ 2002, 192 p. (ISBN 0195144201)
  5. Hossam Elkhadem, À la découverte de l'âge d'or des sciences arabes, p. 5
  6. William Wager Cooper and Piyu Yue (2008), Challenges of the muslim world: present, future and past, Emerald Group Publishing, page 215
  7. Jonathan M. Bloom, The History and Impact of Paper in the Islamic World, Yale University Press,‎ 2001, 320 p. (ISBN 0300089554)
  8. Texte original : « Islamic paper makers devised assembly-line methods of hand-copying manuscripts to turn out editions far larger than any available in Europe for centuries » ; traduit d'après Holland Cotter, « The Story of Islam's Gift of Paper to the West », The New York Times, no 29 décembre,‎ 2001 (lire en ligne)
  9. Kevin M. Dunn, Caveman chemistry : 28 projects, from the creation of fire to the production of plastics, Universal-Publishers, 2003, page 166
  10. D’après Seyyed Hossein Nasr, Islamic art and spirituality, SUNY Press,‎ 1987, p. 53
  11. a et b Cf. John Stothoff Badeau and John Richard Hayes, The Genius of Arab civilization: source of Renaissance, Taylor & Francis,‎ 1983, p. 104
  12. D'après La grande mosquée de Kairouan sur le site Qantara mediterranean heritage
  13. Ce livre ne doit pas être confondu avec celui d’Al-Khawarizmi, intitulé exactement Zij al-Sindh. Sur les tables numériques (zijes), cf. Edward S. Kennedy, « A Survey of Islamic Astronomical Tables », Transactions of the American Philosophical Society, vol. 46, no 2,‎ 1956.
  14. Cf. Ahmad Dallal et John Esposito (dir.), Science, Medicine and Technology, The Oxford History of Islam, New York, Oxford University Press,‎ 1999, p. 162.
  15. « Greek Astronomy » (consulté le 2008-01-15)
  16. D'après the National Library of Medicine digital archives
  17. (en) John M. Hobson, The Eastern Origins of Western Civilisation, New York, Cambridge University Press,‎ 2004, 1e éd. (ISBN 978-0-521-83835-1, LCCN 2003063549, lire en ligne), p. 141
  18. Caravelle, étymologie : Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL), « caravelle », sur www.cnrtl.fr, CNRTL,‎ 2009 (consulté le 9 janvier 2010)
  19. « History of the caravel », Nautarch.tamu.edu (consulté le 13 avril 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :