Álvaro Corcuera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corcuera.

Álvaro Corcuera Martínez del Río (né à Mexico, Mexique, le 22 juillet 1957 et décédé le 30 juin 2014[1]) est un prêtre mexicain qui est devenu le directeur général de la congrégation de la Légion du Christ depuis janvier 2005, remplaçant le fondateur de la congrégation, Marcial Maciel Degollado.

Enfance[modifier | modifier le code]

Álvaro Corcuera est né à Mexico le 22 juillet 1957, dans une famille catholique pratiquante. Il est baptisé le 26 juillet 1957. Il fait ses études à l'« Institut Cumbres » et il est l'un des fondateurs de l'Institut irlandais de la Légion du Christ de Mexico. En 1969, il part pour l'Irlande fonder l'académie des langues de la Légion du Christ, appelée Dubin Oak.

Il est fils de Pablo Corcuera García Pimentel et de Ana Francisca Martínez del Río Fernández de Henestrosa[2].

Légion du Christ[modifier | modifier le code]

En 1969, il commence le séminaire afin de devenir prêtre dans la Légion du Christ. C'est l'un des fondateurs des membres de l'ECYD (Education, Culture and Youth Development), l'une des œuvres de la Légion du Christ.Il devient également membre du Regnum Christi.

Il étudie à partir de 1975 l'enseignement à l'Université Anahuac (Universidad Anáhuac), puis devient l'un des organisateurs de la visite du Pape Jean-Paul II au Mexique en 1979.

Il entre au séminaire à Rome et est ordonné diacre le 29 juin 1985 et est ordonné prêtre dans la même année à Rome. Il devient recteur du centre des hautes études à Rome jusqu'à son élection comme directeur général de la Légion du Christ en 2005[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://abcnews.go.com/Health/wireStory/superior-led-legion-abuse-turmoil-dies-24371267
  2. http://fr.fundacionmedinaceli.org/casaducal/fichaindividuo.aspx?id=6719 Généalogie
  3. http://fr.mailarchive.ca/soc.religion/2006-04/2462.html Extrait de l'article du journal Le Monde du 19 avril 2006