À bientôt, j'espère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'ancienne usine Rhodiacéta de Besançon.

À bientôt, j'espère est un film réalisé par Chris Marker et Mario Marret, sorti en 1968.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film relate la grève dans l'usine de textiles Rhodiacéta de Besançon, en mars 1967[1], au travers des témoignages des ouvriers sur leurs conditions de travail et motivations[2]. Cette grève a pris un aspect particulier de par l'assimilation du plan culturel du plan social[2] : les revendications ne tournent plus seulement autour de l'entreprise (salaires ou sécurité de l’emploi), mais aussi sur le mode de vie que la société imposait notamment à la classe ouvrière[2]. Les ouvriers grévistes qui occupent l'usine ont à leur disposition du matériel pour filmer les événements, grâce à Chris Marker, Jean-Luc Godard ainsi que Bruno Muel[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]