`Abdullah ibn az-Zubayr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abû Bakr Abd Allah ibn az-Zubayr (623-692) (arabe : أبو بكر عبد الله بن الزبير).

Il était membre de la tribu des Banu Assad, et du clan qurayshite des Banû 'Abd al'Uzza, fils d'Asmaa, la fille d'Abou Bakr compagnon de Muhammad, élu comme premier chef de la confédération médinoise après le décès du Saint Prophète (selon l'historiographie officielle), et la sœur de Aïcha, la plus jeune épouse de Mohammed (même sources).

Premier né des émigrés (muhadjirun) selon la tradition, il serait né en l'an deux de l'hégire dans le camp de Médine, et aurait donc été confronté à la bataille de Badr, indirectement. À l'âge de 12 ans, il aurait accompagné son père Zubayr ibn al-Awwam dans la grande bataille du Yarmouk qui a vu l'échec des légions romaines à reprendre le contrôle de la Syrie après la défaite Perse contre les alliés Arabes.

Il se serait dressé contre Uthman ibn Affan à sa prise de pouvoir avec l'aide du clan des descendants d'Abû Sufyân, les chefs historiques de La Mecque et aurait rallié son père et sa tante dans une courte rébellion avant de se murer dans l'opposition orale, et finalement, après la bataille du Chameau, vers 32 ans, à rallier avec Aïcha elle-même, le clan sufyanide et son leader après l'assassinat de Othman, à l'âge de 34 ans.

La révolte de Abd Allah ibn az-Zubayr[modifier | modifier le code]

Abd Allah ben az-Zubayr ne semble pas avoir d'activité politique au cours du règne du seigneur arabe du clan omeyyade du peuple de Quraysh Muawiya ibn Abî Sufyan, mais à l’accession au pouvoir de son fils Yazid, il refusa de faire allégeance.

Après la bataille de Kerbala et la mort de Husayn il retourna au Hijaz où il s’autoproclama commandeur des croyants. Il commença alors à renforcer sa position et pour cela nomma un gouverneur à Koufa. Rapidement il étendit son influence au Yémen et même à certains établissements arabes de Syrie et à Fustat en Égypte. Il bénéficiait largement du soutien des arabes qui revendiquaient une identité propre et dont les tribus syriennes marginalisées acceptaient la suzeraineté en se soudant en grande confédérations (Qais) et parallèlement, des Arabes "émigrés" de l'Irak qui souhaitaient conserver leurs privilèges de rente non nominatives. Yazid tenta d’envahir le Hijaz, mais sa mort soudaine mit fin à cette campagne laissant le clan omeyyade en situation de guerre civile.

Les établissements arabes du Sham (Homs et Damas) proclamèrent dès lors Marwan ben al-Hakam (calife omeyyade) comme commandeur des croyants en 683 ; l'année suivante, son fils ʿAbd Al-Malik lui succédait et entamait la conquête de l'Irak.

La guerre civile s’était installée, elle fut nommée par l'historiographie islamique du nom de Deuxième Fitna. Zubayr perdit le soutien Égyptien et Abdelaziz ibn Marwan prit le contrôle du camp de Fustat et ses alliés tribaux furent soit écrasés soit retournés en Syrie.

Ces événements se combinaient avec la révolte des kharidjites en Irak. Zubayr ne garda finalement le contrôle que du Hedjaz vers 688. Finalement ʿAbd Al-Malik, envoya son vassal Al-Hajjaj ben Youssef comme gouverneur de l'Irak, sa répression anti-aliide, anti-hashémite et anti-zubayride est restée comme symbole de la cruauté de l'État à l'égard des sunnites alides et des chiites.

Il conquit alors le Hijaz et aurait bombardé La Mecque à la catapulte, et endommageant un mur de la Kaaba. à Jérusalem, ʿAbd Al-Malik fait édifier le Dome du Rocher.

Hajjaj vainquit Zubayr et le tua, le décapita et crucifia son cadavre (692), les Marwanides orientèrent dès lors la propagande autour d'une "rébellion" zubayride, et le célèbre collecteur de hadith (sentences, sermons, alors interprétés de plus en plus comme actes et propos de Mahomet), son frère, Urwa ibn Al-Zubayr, se rallia immédiatement au pouvoir omeyyade et contribua à justifier son entreprise législative par une ascendance hashémite, arabe et prophéto-coranique.

Source[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est une traduction l'article : « Abd Allah ibn al-Zubayr »